Pittsburgh - Washington

Sidney Crosby a subi une commotion cérébrale

Publié | Mis à jour

L'entraîneur-chef des Penguins de Pittsburgh, Mike Sullivan, a annoncé mardi que l'attaquant Sidney Crosby avait subi une commotion cérébrale durant le troisième match de la demi-finale de l'Association de l'Est contre les Capitals de Washington la veille.

Conséquemment, Crosby ratera la quatrième partie de la série, mercredi, et la date de son retour au jeu demeure indéterminée.

Le joueur d’avant Conor Sheary est par ailleurs aux prises avec le même type de blessure que son capitaine et devra se soumettre au protocole relatif aux commotions cérébrales.

«Dans l’adversité, notre équipe répond toujours de la bonne façon. Nous avons les gars qui peuvent nous faire gagner, a commenté Sullivan sur le compte Twitter des Penguins. Sidney reste actif et positif. Il est très optimiste et nous espérons que nous pourrons le revoir dans un délai acceptable.»

Des nuages gris sur Pittsburgh

Un vent d’inquiétude a évidemment déferlé sur l’ouest de la Pennsylvanie tôt en première période, lundi. Le numéro 87 a alors encaissé un dur double-échec du défenseur des Capitals de Washington Matt Niskanen. L’absence du joueur-vedette, qui n’est pas revenu au jeu, s’est fait quelque peu sentir et les Penguins ont dû s’avouer vaincus 3-2 en prolongation malgré de vaillants efforts.

La suite reste forcément nébuleuse. Il faut rappeler que Crosby a manqué plusieurs mois d’activités à partir de l’année 2011 en raison de symptômes reliés à des commotions. Il avait notamment encaissé des coups successifs de Dave Steckel, des Capitals de Washington, et de Victor Hedman, du Lightning de Tampa Bay, en janvier de cette année-là et était demeuré à l’écart jusqu’en novembre.

«Nous espérons d’abord et avant tout qu’il ne sera pas à l’écart longtemps, a déclaré Sullivan au site NHL.com. Cependant, je pense que ce groupe a tellement de caractère et de talent pour surmonter les blessures. Nous l’avons fait toute l’année et nous l’avons encore fait ce soir [lundi]. Et nous allons continuer ainsi.»

Niskanen s'en tire

En avant-midi, mardi, la Ligue nationale a par ailleurs décidé de ne pas sanctionner Niskanen.

Dans le vestiaire des perdants, la colère à l’égard du défenseur était toutefois palpable.

«J’aime Niskanen comme personne, mais je ne pense pas qu’il s’agissait d’un coup loyal, a admis l’attaquant Chris Kunitz, qui a évolué aux côtés du joueur des Capitals de 2010-2011 à 2013-2014, lorsque celui-ci portait les couleurs des Penguins. Je ne crois pas que ce sport existe pour ce genre de geste, surtout quand il est commis contre quelqu’un qui signifie beaucoup pour notre formation.»

Pour sa part, Niskanen s’est défendu vigoureusement d’avoir agi intentionnellement, et ce, même s’il a déjà jeté les gants devant Crosby, le 3 novembre 2010, à l’époque où il jouait avec les Stars de Dallas.

«Je n’ai même pas essayé de le frapper avec force, a-t-il dit. Une collision était sur le point de survenir dans la zone réservée au gardien. Quand le jeu s’est amorcé, mon bâton se trouvait au niveau de son bras, probablement, exactement là où se trouvent les numéros sur le côté de son chandail.»

«L’arbitre lui-même l’a affirmé: c’était un jeu de réaction par Niskanen, a ajouté l’arrière des Capitals Karl Alzner. Il est arrivé vers Crosby qui était en train de chuter. Donc, celui-ci se trouvait déjà un peu bas et lorsque vous voyez un rival se diriger vers vous, votre premier réflexe est normalement de placer vos mains devant votre visage.»

Pour ce qui est de Sheary, il a été ébranlé par une collision avec son coéquipier Patric Hornqvist au deuxième engagement.