Nashville - St. Louis

David Perron veut en faire plus

Publié | Mis à jour

Mike Yeo l’a dit clairement. L’entraîneur en chef des Blues de St. Louis s’attend à une plus grande contribution de la part de David Perron. Depuis le début des séries, l’attaquant n’a toujours pas marqué et il a obtenu une seule passe.

«J’ai eu des conversations avec Mike (Yeo), a dit Perron à quelques heures du quatrième match de cette série contre les Predators, mardi. Je veux en donner plus dans toutes les facettes. Même quand tu parles à Sidney Crosby, il répond qu’il cherche à en donner plus dans tous les aspects. Je ne suis pas satisfait de mon jeu, je veux augmenter mon niveau.»

«Quand tu es un joueur offensif, tu gagnes en confiance en récoltant des points, a-t-il continué. J’ai hâte de débloquer, mais je ne veux pas tricher avec mon jeu. Je dois y arriver en jouant de la bonne façon.»

Perron n’a pas été piqué par les commentaires de son entraîneur à la veille du quatrième match. Dans un chic hôtel de Nashville, Yeo n’a pas eu la langue de bois pour décrire la faible production de Perron et de Patrik Berglund.

«Il n’y a pas de doute que nous avons besoin d’eux, avait mentionné Yeo. Je crois qu’ils pourraient devenir un immense facteur dans cette série, mais ils ¬auront besoin de débloquer.»

Cinq tirs seulement

Lors des trois premiers matchs de cette série face aux Predators, Perron (3 tirs) et Berglund (2 tirs) ont décoché seulement cinq tirs en direction de Pekka Rinne.

«Public ou pas public comme commentaires, ça ne change rien, a répliqué le numéro 57. Nous sommes conscients de la situation, nous nous attendons à plus de notre trio. Côté offensif, nous voulons apporter des choses même si nous avons des missions importantes sur le plan défensif. Quand tu regardes les fameuses statistiques avancées, tu remarques que nous partons pratiquement toujours avec des mises en jeu dans notre territoire. Nous sommes pratiquement une fois sur cinq seulement en zone ¬offensive.»

Un peu d’animosité

De retour à St. Louis cette saison après un court séjour avec les Ducks d’Anaheim, Perron a appris à ne pas aimer les Predators.

«J’ai joué contre eux l’an dernier avec les Ducks et ils ont mis fin à ma saison trop rapidement au premier tour, a-t-il précisé. Je les détestais déjà avant même de jouer contre eux cette saison au deuxième tour. Il y a quelques joueurs des Predators que je n’aime pas. Mais je sais que si je jouais avec eux, je les apprécierais.»

En 82 matchs cette saison, ¬Perron a récolté 46 points (18 buts, 28 passes) et il a -présenté un différentiel de -2.

Voyez dans la vidéo ci-dessus l’entrevue que Perron a accordée à TVA Sports avant le quatrième match de la série.