New York - Ottawa

De grandes émotions

De grandes émotions

Patrick Lalime

Publié 30 avril 2017
Mis à jour 30 avril 2017

Les Sénateurs d'Ottawa - et spécialement Jean-Gabriel Pageau - ont donné tout un spectacle samedi.

Nous regardons le sport pour vivre des émotions, avoir des frissons, et c'est ce à quoi nous avons eu droit lors du match no 2 entre les Sénateurs et les Rangers de New York.

Ce match appartenait aux Rangers­. Quand tu marques deux buts en désavantage numérique, sur la route, tu te dois de l'emporter.

Mais il y avait Pageau. Un petit gars de la région. Il a fait preuve de caractère et il a faire vivre aux partisans des Sénateurs des moments inoubliables.

Et il faut lever notre chapeau à l'entraîneur-chef Guy Boucher. Il a reconnu que son petit attaquant était dans «sa zone» et il l'a envoyé dans la mêlée en fin de match. Le reste appartient à l'histoire.

Les joueurs des Rangers ont maintenant un goût amer en bouche et ils devront chasser le négatif en vue de la prochaine rencontre, sans quoi ils pourraient se retrouver dans l'eau chaude.

Holtby cherche ses repères, mais...

Pendant ce temps à Washington, les Capitals ont perdu les deux premiers matchs face aux Penguins de Pittsburgh.

Lors de la deuxième rencontre, Holtby a été chassé après avoir été «ordinaire».

Cela dit, il faut tout de même faire attention lorsque l'on critique son jeu. Les Penguins représentent une véritable machine offensive.

Evgeni Malkin, Sidney Crosby, Phil Kessel. Les trois vedettes occupent les trois premiers rangs des pointeurs dans les présentes séries. Ça veut tout dire.

Les Penguins ont mal fait paraître Sergei Bobrovsky et maintenant c'est le tout de Holtby. Ce sont là les deux plus sérieux candidats au trophée Vézina.

Ce qui fait la différence entre les plus grands athlètes et les autres, c'est la force mentale. Holtby devra rebondir dès le prochain match.