Pittsburgh - Washington

Marc-André Fleury éclipse son vis-à-vis

Publié | Mis à jour

Il n’y a pas plus gentilhomme que Marc-André Fleury parmi les joueurs de la LNH. Mais quand vient le temps de fermer la porte à ses adversaires, le gardien des Penguins ne se gêne pas.

Bombardé durant les 40 premières minutes par les Capitals de Washington, samedi soir, Fleury s’est une fois de plus dressé.

Sans son travail, Alex Ovechkin et sa bande auraient nivelé à une victoire de chaque côté cette série demi-finale de l’Association de l’Est.

En lieu et place, Fleury a repoussé 34 rondelles pour permettre aux Penguins de triompher au compte de 6 à 2.

Chapeau bas également à Phil Kessel, dont la soirée de trois points (2 buts, 1 passe) a contribué à cette victoire.

En avant 2 à 0 dans cette confrontation, les champions de la coupe Stanley tenteront de porter un dur coup à leurs rivaux, lundi soir, à Pittsburgh.

Rutherford se félicite

Rencontré vendredi matin au terme de l’entraînement de son équipe, Jim Rutherford, le directeur général des Penguins, n’avait que des éloges à faire à celui qui a dû ronger son frein pendant une grande partie de la saison.

«Toute la saison, j’ai dit que je voulais garder mes deux gardiens (Matt Murray et Fleury). Marc-André est un gars de caractère et l’un des meilleurs joueurs d’équipe qu’il m’ait été donné de voir, a lancé Rutherford. Il y a des moments au cours de la saison où ça a dû être frustrant pour Murray et lui. Il a fait preuve de patience et réussi à passer à travers. Aujourd’hui, ça rapporte. On est chanceux.»

Et comment! À 200 pieds de Fleury, Braden Holtby n’a pas été en mesure de faire le travail. Des trois buts qu’il a accordés (sur 14 tirs), ceux de Matt Cullen, entre les jambières, et de Jake Guentzel, près de la mitaine, auraient dû constituer des arrêts de routine.

D’ailleurs, Barry Trotz lui a préféré Philipp Grubauer au moment d’amorcer la troisième période.

Le duel des capitaines

Dans l’autre duel au programme, les deux capitaines ont terminé la soirée nez à nez.

Alex Ovechkin a servi une passe précise à Matt Niskanen pour lui permettre de niveler la marque 1 à 1, 54 secondes après le but de Cullen. Il s’est également fait complice du filet de Nicklas Backstrom, au début du troisième engagement.

L’implication du numéro 87 fut tout aussi importante. Son entrée de territoire en pleine accélération, l’une des rares des Penguins, lui a permis de faire reculer les défenseurs des Capitals et de remettre à Kessel, dont le tir des poignets, dans la lucarne, a laissé Holtby pantois.

Il fut également è l’origine du but de Guentzel en se repliant et en bloquant le tir de Justin Williams. La recrue a traversé la patinoire en sens inverse avant de donner les devants 3 à 1 aux visiteurs.

Le bon plan de match

Dommage pour les Capitals puisque ceux-ci avaient suivi les revendications de leur entraîneur à la lettre.

Celui-ci avait exigé un meilleur début de match et un contrôle plus serré de la zone neutre.

Les relances efficaces et rapides et les entrées de zone en pleine accélération avaient forcé les Penguins à jouer nerveusement et à donner beaucoup d’espace aux attaquants des Capitals.

Résultat: Fleury a dû perdre 10 livres dans le seul premier vingt.

Mais Hotby fut le premier à aller prendre sa douche.

Evgeni Malkin et Guentzel, dans un filet désert, ont inscrit les deux derniers buts des Penguins.

Patric Hornqvist n’est pas revenu en deuxième période. Il s’est blessé en bloquant un tir de John Carlson.