New York - Ottawa

Guy Boucher: «Ça ne pouvait pas arriver à un meilleur gars»

Agence QMI / Pierre Durocher

Publié | Mis à jour

«C’est fou ce que Jean-Gabriel Pageau vient de réaliser comme exploit. Quatre buts, dont le but égalisateur et le filet victorieux, ça ne pouvait pas arriver à un meilleur gars».

C’est ainsi que Guy Boucher a amorcé son point de presse après la victoire de 6-5 des Sénateurs d’Ottawa aux dépens des Rangers de New York, samedi.

«C’est incroyable ce que «Honey Badger» (c’est son surnom, en rapport avec ce petit animal féroce qui ne recule devant rien) a accompli, a ajouté l’entraîneur-chef. On se doit de respecter cet homme. Les gars veulent tous jouer avec Pageau tellement il est apprécié parce qu’il travaille toujours très fort.

«On lui a confié des missions plus défensives cette année et il a su relever le défi, même si son nombre de buts a chuté. C’est un gars qui joue avec coeur, qui est devenu un excellent joueur complet.»

Un parallèle avec St-Louis

Boucher a eu l’honneur de diriger un formidable petit attaquant à Tampa, un dénommé Martin St-Louis, qui a marqué plusieurs gros buts dans les séries.

«Jean-Gabriel et Martin ont ce point en commun qu’ils ont dû démontrer une grande force de caractère tout au long de leur vie alors qu’on leur disait qu’ils n’avaient pas la taille nécessaire pour jouer dans la Ligue nationale de hockey (LNH)», a-t-il souligné.

«Ils se sont bâtis une solide carapace et ils ont su croire en leurs moyens, étant récompensés pour leur acharnement. Leur immense désir de vaincre l’emporte sur tout.»

Toujours des aspirants pour la coupe

Même si les Sénateurs ont percé la muraille de Henrik Lundqvist à six reprises, Boucher ne croit pas qu’ils ont décelé une faille chez le vétéran gardien.

«Les Rangers demeurent des aspirants à la coupe Stanley, a-t-il prévenu. On a simplement su gagner un match de fou, un match que je qualifierais de laid, car rien ne fonctionnait pour nous à un moment donné. On gérait très mal le contrôle du disque.»

Alain Vigneault, de son côté, a trouvé que ses hommes avaient bien joué dans l’ensemble. «Nos adversaires ont toutefois su capitaliser sur leurs chances de marquer», a-t-il résumé.

Le défenseur Marc Méthot, qui n’avait enregistré aucun but en 68 matchs durant la saison régulière, a marqué le deuxième but des Sénateurs, son deuxième à vie dans les séries. Clarke MacArthur n’a joué que durant sept minutes et 39 secondes, souffrant d’une blessure au haut du corps subie lors du match précédent, a indiqué Boucher.