Crédit : Le Journal de Quebec

Top 10 des séries

Les meilleurs Québécois en séries éliminatoires

Anthony Marcotte

Publié | Mis à jour

Présenté par 

Dans notre Top 10 cette semaine, nous traiterons des meilleurs Québécois de l’histoire des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Là encore, il s’agit d’un palmarès très bien garni et qui laisse en plan quelques excellents candidats. Votre opinion est aussi bonne que la nôtre! Et ce qu’il y a de plus intéressant dans cette démarche, c’est que ça soulève le débat! On vous invite d’ailleurs à nous proposer votre propre Top 10! Allons-y dans l’ordre décroissant...

10) Martin Brodeur

Brodeur fut la pierre d’assise de cette puissante défensive des Devils du New Jersey des années 1990 à 2000. C’est au cours de la saison 94-95, raccourcie par un lock-out, que Brodeur a commencé à écrire sa légende. Âgé de 23 ans seulement, le Québécois mène la troupe dirigée par Jacques Lemaire à sa première conquête de la Coupe Stanley. Brodeur remportera deux autres gros trophées, en 2000 et en 2003, en plus de conduire le New Jersey à une surprenante finale en 2012 à l’âge de 40 ans. Il se retrouve au 2e rang pour le nombre de matchs joués en séries chez les Québécois, ainsi que pour le nombre de victoires. Il n’a pas été en mesure de soulever le trophée Conn Smythe, sans quoi il aurait pu figurer plus haut dans notre palmarès.

9) Claude Lemieux

Quand on pense à «Pépé» Lemieux, on pense aux séries éliminatoires! Ils sont intimement liés. Rarement a-t-on vu un joueur carburer à la pression des séries comme Claude Lemieux. Que ce soit chez les Canadiens de Montréal, les Devils du New Jersey ou encore l’Avalanche du Colorado, le natif de Buckingham a toujours su tirer son épingle du jeu au printemps. On se souvient de plusieurs de ses buts importants, comme le filet vainqueur dans le septième match de la série face aux Whalers de Hartford en 1986 qui avait fait bondir Mario Tremblay de joie à «La Soirée du Hockey». Il a été aussi au cœur de la grande rivalité de l’Avalanche face aux Red Wings de Detroit. Sa mise en échec par-derrière à l’endroit de Kris Draper dans les séries 1996 a été le moment fort de cette rivalité. En trois occasions durant sa carrière, Lemieux a marqué plus de buts en séries qu’au cours de la saison régulière. Il est aussi le joueur québécois ayant disputé le plus de matchs en séries avec 234. C’est énorme. La cerise sur le sundae? Le trophée Conn Smythe en 1995.

8) Guy Lafleur

Impossible d’ignorer la présence de Guy Lafleur dans notre palmarès. «Flower» c’est 134 points en 128 parties de séries éliminatoires, 5 coupes Stanley et un trophée Conn Smythe. C’est aussi plusieurs faits saillants, comme son spectaculaire but égalisateur face à Gerry Cheevers et les Bruins de Boston en demi-finale des séries 1979, pavant la voie au but vainqueur d’Yvon Lambert. «Le Démon blond» est pour plusieurs encore aujourd’hui la dernière grande vedette en attaque de l’histoire de l’équipe. Une carrière légendaire qui ne pouvait être ignorée dans notre palmarès.

7) Henri Richard

Henri Richard n’est peut-être pas le plus grand joueur québécois à avoir disputé des matchs en séries de la Coupe Stanley. Cependant, on ne pourra jamais lui enlever ses 11 championnats avec les Canadiens, ce qui constitue encore aujourd’hui un record de la LNH. On peut vous le dire tout de suite; il ne sera jamais battu! Le «Pocket Rocket» a joué toute sa carrière dans l’ombre de son frère, mais il a tout de même réussi à tirer son épingle du jeu avec 129 points en 180 parties de séries éliminatoires.

6) Mike Bossy

Mike Bossy fait assurément partie des meilleurs Québécois à avoir participé aux séries éliminatoires. Auteur de 85 buts en carrière au printemps, il trône en tête chez les Québécois. De plus, son ratio de plus d’un point par match est exceptionnel. Un total de 160 points en 129 matchs de séries prouve que Bossy n’était pas uniquement un dangereux marqueur en saison régulière. On ne saura jamais où se serait rendu Bossy sans les blessures ayant miné la fin de sa carrière. D’autres plateaux importants auraient sûrement été battus. Figure de proue de la dynastie des années 1980 chez les Islanders de New York, il a aussi marqué deux fois le but vainqueur de la Coupe Stanley en 1982 et en 1983, en plus de remporter le trophée Conn Smythe cette même année. Bossy, c’est un incontournable.

5) Raymond Bourque

Certains vont peut-être s’étonner de retrouver Bourque aussi haut dans notre classement des forces. Pourtant, il suffit de regarder les statistiques de l’excellent défenseur pour se rendre compte à quel point il était un joueur exceptionnel et souvent mal entouré chez les Bruins de Boston. Premièrement, il se retrouve au tout 1er rang chez les pointeurs québécois en séries éliminatoires avec 180. Pourtant, il n’est que 4e pour les matchs disputés en séries avec 214. L’image marquante de Joe Sakic qui donne la Coupe Stanley à un Raymond Bourque en larmes en 2001 est une des plus belles séquences de l’histoire récente du hockey. Quoi de mieux que de se retirer après plus de 20 ans de carrière avec le gros trophée dans les bras?

4) Mario Lemieux

Plusieurs considèrent le grand Mario comme le meilleur joueur de tous les temps. Tout comme dans le cas de Mike Bossy, les blessures puis la maladie ont privé Lemieux de plusieurs bonnes années et peut-être d’autres plateaux en séries éliminatoires. Ses performances en 1991 et 1992 avec les Penguins de Pittsburgh ont été rien de moins que légendaires. Ses 172 points en seulement 107 rencontres font de Lemieux le meilleur québécois pour le ratio de points par match de l’histoire. «Super Mario» a également ajouté deux trophées Conn Smythe à son CV déjà très bien garni.

3) Maurice Richard

Nous avons un petit penchant pour les légendes alors vous ne serez pas surpris de voir trois anciens membres des Canadiens de Montréal occuper les trois premières places de notre classement. Le «Rocket», pour tout ce que ça implique, se mérite le troisième rang. Richard n’a peut-être pas le meilleur ratio de points par match chez les joueurs québécois en séries (126 points en 133 matchs), mais ce sont les moments forts et les buts importants au printemps qui font la différence. Richard a aussi soulevé la Coupe Stanley à huit reprises, dont cinq fois consécutives entre 1956 et 1960. Après sa dernière conquête, Richard a pris sa retraite et le Tricolore a mis plusieurs années à s’en remettre.

2) Patrick Roy

Patrick Roy occupe le 2e rang de notre classement. Il a établi des marques pour un joueur québécois qui ne seront sûrement jamais battues. Premier pour les matchs joués avec 247 et aussi premier pour les victoires avec 151, soit 38 de plus que Martin Brodeur. Véritable légende à Montréal et au Colorado, personne ne pourra oublier les performances magistrales du Roy lors des printemps 1986, 1993, 1996 et 2001. Ses trois trophées Conn Smythe est un record de la Ligue nationale. Roy pourrait se retrouver au sommet de la liste et on ne vous en tiendrait pas rigueur...

1) Jean Béliveau

Un autre grand Canadien vient coiffer notre palmarès des meilleures québécois de l’histoire des séries de la LNH. Jean Béliveau a remporté 10 coupes Stanley et a fait trembler les gardiens adverses pendant de nombreuses années, surtout lors de la décennie 1960. Le «Gros Bill» vient au deuxième rang derrière Bourque pour le nombre de points soit 176, mais en 52 matchs de séries de moins. Il a été le premier récipiendaire du trophée Conn Smythe remis au meilleur joueur des séries en 1965. Peut-être en aurait-il gagné plus que ça si le trophée avait été créé avant. À sa dernière saison, en 1971, Béliveau accepta de remettre sa retraite à la fin de la saison. Et il a conduit les Canadiens à une conquête surprise de la Coupe Stanley. En voilà un autre qui s’est retiré la coupe au bout des bras. C’est souvent ce qui fait la différence entre un excellent joueur de séries, et une légende.