Nashville - St. Louis

Le plaisir est la clé du succès de P.K. Subban

Publié | Mis à jour

Le défenseur des Predators de Nashville P.K. Subban n’a pas perdu son sourire éclatant depuis le début des séries éliminatoires et le premier match de la demi-finale de l’Association de l’Ouest contre les Blues de St. Louis l’a rendu davantage heureux.

Pendant que ses anciens coéquipiers du Canadien de Montréal sont en vacances, le numéro 76 a contribué fortement à la cinquième victoire d’affilée des siens en duels d’après-saison, un gain de 4-3 arraché au Missouri, mercredi. Avec un but et deux mentions d’aide en plus de 23 minutes d’utilisation, il a fait parler son talent offensif pour la première fois des séries 2017, sans compter qu’il présente désormais un différentiel de +5.

Aussi, le Torontois savoure chaque seconde de la phase éliminatoire. Justement, il y a sept ans, soit le 26 avril 2010, il effectuait ses débuts dans les séries à l’occasion de la confrontation opposant le Tricolore aux Capitals de Washington, en route vers une production de huit points en 14 joutes cette année-là. Le plaisir de jouer en séries ne s’est pas estompé.

«Vous pouvez dire que c’est un peu ce qui a lancé ma carrière en éliminatoires. Donc, chaque printemps, je ressens une certaine sensation qui rend le hockey encore plus plaisant et qui fait hausser mon jeu d’un cran, a-t-il dit au site NHL.com. Récolter des buts et des points n’est pas facile à faire, mais c’est un peu la raison pour laquelle on me paie, non?»

«Dans ces matchs, il faut performer et sortir fort.»

Pour sa part, l’entraîneur-chef Peter Laviolette s’est dit satisfait de la tenue de son protégé.

«Il a été solide ce soir [mercredi]. Défensivement, il fut notre cheval de bataille, mais offensivement, il a pu en profiter quelques fois. Il a réalisé des jeux formidables et son excellent tir a aidé. Sa performance a été régulière», a-t-il commenté.

Plus discret

Avec la présence de Roman Josi à la ligne bleue, Subban a moins de pression qu’à ses beaux jours à Montréal. Il n’est également pas la principale source de préoccupation de la formation adverse à cause de la profondeur des Predators.

«Quand je suis arrivé au sein de cette organisation, tout ce que je voulais faire, c’était mon travail. Beaucoup de gens croyaient que je devais absolument être le centre d’attention, mais j’étais simplement heureux de me retrouver ici et de faire partie de ce groupe, car nous avions déjà une bonne formation», a-t-il souligné.