Crédit : AFP

Anaheim - Edmonton

Les Ducks auront Connor McDavid à l’œil

Publié | Mis à jour

Les Ducks d’Anaheim savent pertinemment bien que l’attaquant des Oilers d’Edmonton Connor McDavid sera une menace constante pour eux durant la demi-finale de l’Association de l’Ouest et ils prendront tous les moyens pour l’arrêter.

La jeune sensation de l’équipe albertaine a contribué à l’élimination des Sharks de San Jose au premier tour des séries avec ses quatre points. Toutefois, sa tâche risque d’être plus ardue avec la présence devant lui du vétéran Ryan Kesler, un des trois candidats à l’obtention du trophée Frank-Selke cette année. L’ancien des Canucks de Vancouver sera probablement à ses trousses tout au long de cette confrontation qui s’annonce relevée.

«J’ai joué environ une douzaine de fois contre lui, a dit Kesler au quotidien "Edmonton Sun", à propos du numéro 97. Vous voyez des tendances, ce qui fait partie de l’aspect mental du jeu. Il s’agit de miser sur les choses que vous avez bien faites contre un gars en particulier auparavant.»

Contrairement à son coéquipier qui n’a pas voulu trop dévoiler ses cartes, le défenseur Kevin Bieksa a été un peu plus explicite quant aux intentions des Ducks vis-à-vis McDavid.

«Notre plan ne sera pas de se placer à côté de lui et de l’insulter. Le mauvais langage, c’est un peu comme la cerise sur le sundae pour "Kes"! Non, il faudra plutôt être dans sa face, appliquer constamment des mises en échec. Les injures ne vont pas le freiner», a émis l’arrière.

Un atout de taille

En plus d’avoir l’expérience nécessaire pour frustrer de jeunes vedettes offensives, Kesler a le caractère, le physique et les habiletés pour se démarquer. Il constitue un obstacle que les Oilers devront surmonter s’ils espèrent atteindre le troisième tour pour la première fois depuis 2006.

«Il est si compétitif, il est probablement encore plus fatigant que Patrice Bergeron. J’espère qu’il pourra faire du gros travail contre un jeune homme tel que McDavid», a mentionné Bieksa au sujet de son partenaire d’armes.

«L’adversaire sait que la soirée risque d’être longue face à "Kes", a ajouté Andrew Cogliano. Il peut avoir l’avantage psychologique sur vous et l’utiliser à bon escient. C’est très bon pour nous et il est très efficace sur ce plan, car il fait ça depuis longtemps.»

Néanmoins, les «Canards» reconnaissent que McDavid est un atout majeur et qu’il sera impossible de le stopper complètement.

«Il crée de l’attaque à partir de la zone défensive et dans l’enclave, s’il y a des retours, il est très rapide pour les saisir. C’est vraiment unique», a concédé Cogliano, un ancien Oiler.