Montréal - New York

Les Canadiens éviteront-ils l’élimination?

Publié | Mis à jour

Est-ce déjà la fin pour les Canadiens?

Les Montréalais sont à une défaite d’une élimination dès le premier tour, ou encore à une victoire de pousser à la limite leur série contre les Rangers.

C’est ce que nous verrons ce soir alors que sera présenté le sixième match de cette confrontation, menée actuellement 3-2 par les New-Yorkais. Exceptionnellement, l’affrontement s’amorcera à 20h à TVA Sports.

Depuis le début de cette série, l’humeur des partisans a changé aussi souvent que le momentum. Si certains amateurs sont plutôt pessimistes, c’est tout le contraire dans le vestiaire du CH.

«Plusieurs équipes aimeraient être dans notre situation, a indiqué l’entraîneur-chef Claude Julien avec philosophie, vendredi. Personne n’a baissé les bras.»

«C’est sûr qu’on a le dos au mur, mais on est excités par le défi qui se présente à nous, a dit quant à lui le défenseur Shea Weber. On sait que c’est un match d’élimination, mais ça fera sortir le meilleur de nous tous.»

Si aucun joueur n’a abdiqué, c’est que tous savent très bien que l’issue de la majorité des cinq premières rencontres aurait pu aller à l’avantage de l’équipe perdante. Statistique éloquente : sur les 332 minutes et 56 secondes jouées jusqu’à maintenant, il y a eu un écart d’un but ou moins pendant 319 minutes et 28 secondes. 

Les joueurs des Rangers, eux, veulent en finir au plus tôt.

«Nous ne voulons pas revenir à Montréal, a mentionné le défenseur Brendan Smith. J’ai joué quelques parties numéro 7 à mes années à Detroit et je sais très bien que tout peut survenir. C’est difficile. Nous devrons jouer un match intelligent à la maison et profiter de l’énergie de nos partisans.»

Encore une fois ce soir, les détails risquent de faire la différence. Rendre la vie difficile à Henrik Lundqvist en est un.

«Nous devons faire un meilleur boulot près de son filet», a reconnu l’attaquant Tomas Plekanec.

«Lundqvist a fait plusieurs gros arrêts. Leurs défenseurs ont fait du bon travail en s’occupant des retours. On doit être plus acharné et placer de la circulation devant lui», a corroboré Weber.

Et à l’autre extrémité de la patinoire, les arrières du Tricolore devront tenir les Rangers, et en particulier Rick Nash, loin de l’enclave.