RUSSIA-FBL-WC2018-CONFEDERATION-KRESTOVSKY-STADIUM

Crédit : AFP

Europe

Peu de commanditaires pour le Mondial 2018 en Russie

Agence France-Presse

Publié | Mis à jour

La FIFA peine à trouver des commanditaires à cause du vaste scandale de corruption l'ayant déstabilisée, a déclaré mercredi le vice-premier ministre russe Vitali Moutko, affirmant que ces difficultés n'étaient pas liées au fait que la Russie accueille le Mondial 2018.

«La FIFA n'éprouve pas des difficultés à trouver des commanditaires uniquement pour le Mondial 2018, la FIFA a en général des difficultés pour trouver des commanditaires», a déclaré M. Moutko, cité par RIA Novotsti.

«La FIFA est accusée de corruption et elle est la cause de sa propre perte», a-t-il ajouté, parlant de «pertes colossales en terme d'image» pour l'institution.

M. Moutko réagissait aux affirmations du quotidien Financial Times (FT) qui a révélé mercredi que la FIFA peinait à trouver les commanditaires de la prochaine Coupe du Monde, prévue en juin 2018 en Russie.

Alors que la FIFA comptait plus de 20 commanditaires pour le Mondial-2014 au Brésil, elle n'en dénombre aujourd'hui que 10 pour le Mondial-2018 selon le FT, qui estime que la FIFA, comme la Russie, sont handicapées par leur «mauvaise image».

La Russie, empêtrée dans un vaste scandale de dopage, connait également des tensions avec de nombreux pays occidentaux comme les États-Unis et les États membres de l'Union européenne, qui ont mis en place une série de sanctions contre elle pour son rôle dans la crise ukrainienne.

La FIFA est de son côté secouée par un vaste scandale de corruption depuis mai 2015 et l'arrestation de plusieurs responsables, soupçonnés d'avoir touché des millions de dollars de pots de vin dans le cadre de contrats de marketing et de l'attribution des Coupes du Monde.

L'instance mondiale du foot doit aussi composer avec la perte en novembre 2014 de ses deux principaux commanditaires, Sony et Emirates, qu'elle n'a toujours pas remplacés.

Selon le FT, les commanditaires permettent de couvrir les frais opérationnels liés à l'organisation de la Coupe du monde, estimés par le journal à 2 milliards de dollars.