Montréal - New York

Les Rangers renaissent

Agence QMI / Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

Bâtons tenus moins serrés, sourires aux lèvres, éclats de rire entre les exercices: l’ambiance a changé du tout au tout dans l’entourage des Rangers de New York. L’inquiétude, palpable depuis le transfert de la série dans la Grosse Pomme, a fait place au plaisir.

«Il y a une différence entre tirer de l’arrière 1-3 dans une série et être à 2-2», a souligné Alain Vigneault, au terme d’un entraînement d’une trentaine de minutes tenu en banlieue de New York, mercredi.

«Le Canadien était hautement favorisé en amorçant cette série. Hier (mardi), on s’est donné une chance de la gagner. C’est maintenant un deux de trois. On s’en va à Montréal en sachant qu’on a très bien joué là-bas. On a bien joué lors du premier match et lors des deux premières périodes du deuxième», a expliqué l’entraîneur des Rangers.

En fait, il n’y a que le troisième match que les New-Yorkais aimeraient effacer de leur mémoire. Et ils l’ont fait en partie en livrant une performance inspirée mardi soir.

«Quand tu tombes du cheval, tu dois trouver une façon d’y remonter», a déclaré Brendan Smith.

Loin d’être confortable

Selon le défenseur, le problème ne s’est jamais trouvé au niveau de l’effort. C’était plutôt l’exécution qui faisait défaut.

«Nous nous sommes placés de façon à sortir plus facilement de notre territoire, nous avons effectué de meilleurs jeux en entrées de zone et nous avons décoché des lancers de plus grande qualité», a-t-il énuméré.

«Mais il y a encore place à amélioration», a-t-il pris soin d’ajouter.

Car s’ils respirent un peu plus à l’aise, les joueurs des Rangers sont loin de prêcher par excès de confiance. Ils s’attendent à être reçus du pied ferme par le Canadien et ses partisans.

«Il n’y a jamais moyen d’être à l’aise dans cet édifice (le Centre Bell), a lancé Derek Stepan. Mais je suis sûr que ce groupe a compris la façon dont nous devons jouer pour espérer l’emporter à ce temps-ci de l’année. On a besoin de la même attitude et du même effort pour le reste des séries.»

Un match à la fois

À une défaite de se retrouver acculé au mur avec un match loin de leur domicile, les Rangers, en cas de victoire ce soir, reviendrait au Madison Square Garden avec la possibilité d’éliminer le Canadien. Bien qu’il s’agisse d’un scénario enviable, les «Blueshirts» refusent de regarder trop loin.

«C’est sûr que les partisans y songent, mais de notre côté, il faut surtout nous assurer de jouer un bon match. Pour se faire, on doit y aller un match à la fois», a soutenu Smith.

«Si on regarde plus loin que le cinquième match, on aura beaucoup de difficulté à mettre en application ce qu’il faut pour connaitre du succès», a mentionné Stepan.

Pas question non plus de faire passer ses intérêts personnels avant ceux de l’équipe. C’est pourquoi Smith, rentré au banc en douleur à la suite d’un coup de bâton d’Alexander Radulov, ne compte pas répliquer... du moins pas illégalement.

«On verra ce qui va arriver. Ce sont des choses qui produisent dans le hockey. Je bataille ferme également. Laissons les choses suivre leur cours », a-t-il indiqué.