Montréal - New York

Des Rangers toujours confiants

Publié | Mis à jour

Ryan McDonagh et Derek Stepan ont joué assez de matchs en séries au cours des dernières années pour savoir que le vent peut tourner rapidement.

À quelques heures du quatrième match de cette série entre le Canadien de Montréal et les Rangers de New York, McDonagh restait très calme.

«Nous ne pouvons pas jouer deux matchs ordinaires d’affilée, surtout pas en séries, a dit McDonagh. Mais j’aime notre niveau de concentration. Nous restons un groupe confiant. Nous jouerons de la bonne façon en travaillant les uns pour les autres. Nous augmenterons tous notre niveau d’intensité et notre exécution sera meilleure.»

«L’expérience rapportera, a poursuivi le capitaine. Nous avons plusieurs joueurs dans ce vestiaire avec une grande expérience en séries. La dernière rencontre était frustrante. Nous voudrons tous rebondir. Nous jouons encore à la maison et nous pouvons égaler la série.»

Stepan croit que les Rangers n’ont pas encore présenté leur vrai visage.

«Nous sommes menés 2-1 et je ne pense pas que nous avons joué notre meilleur hockey jusqu’à présent, a-t-il répondu. Nous avons l’occasion de le faire, sur notre patinoire, et d’égaler la série.»

Stepan au neutre

Sur le plan individuel, Stepan a été limité à une petite passe en trois rencontres.

«Il y a trois matchs joués et je ne pense pas m’être approché un tout petit peu de mon meilleur hockey, a répliqué l’Américain. Nous avons une belle occasion ce soir, à domicile, d’égaler la série, et d’en faire une au meilleur des trois matchs. Tout le monde ici devrait se concentrer uniquement là-dessus. Être meilleur individuellement et tout le groupe sera meilleur.»

En conférence de presse, Alain Vigneault a gardé la même stratégie en refusant de confirmer des changements ou non à sa formation. Le Russe Pavel Buchnevich pourrait jouer un premier match dans cette série. Mais on connaîtra son sort uniquement lors de la période d’échauffement.

Et encore là, les Rangers ne devront pas jouer un autre mauvais coup lors de l’échauffement. Au dernier match, ils avaient mélangé les quatre trios.

«Pour la période d’échauffement, ce n’était pas moi, s’est défendu Vigneault. C’était mes joueurs qui faisaient une blague à Daniel Lacroix, un de nos anciens adjoints. Il était au banc et il écrivait les trios. Je l’ai appris après qu’ils avaient choisi de faire ça. Je n’ai rien à voir dans cette blague.»