Crédit : AFP

Montréal - New York

Vivre d'espoir avec les Canadiens

Vivre d'espoir avec les Canadiens

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 17 avril 2017
Mis à jour 17 avril 2017

Le printemps, le retour du beau temps et les Canadiens de Montréal en séries éliminatoires. Plusieurs éléments sont réunis présentement pour être de bonne humeur. Pas vrai?

Et quand on ajoute à cela quelques victoires du Tricolore en séries, le bonheur est plus facile. N'est-ce pas?

Je sais, je sais. Je vous entends. Les Canadiens n'ont pas gagné leur série contre les Rangers et rien n'est encore assuré face à la formation new-yorkaise. On pourrait se reparler dans une semaine et les choses pourraient être différentes. Je sais. Je vous entends et vous avez raison.

Ce que j'essaie de dire, c'est que les amateurs au Québec vivent d'espoir. Depuis 1993, les partisans de la Sainte-Flanelle attendent la conquête d'une 25e Coupe Stanley par leur équipe préférée.

À travers cette quête qui dure depuis maintenant 24 ans, les amateurs sont découragés, impatients et virulents, mais ils sont aussi éblouis et amoureux de leur équipe favorite. Ils passent par toute la gamme des émotions.

Le plus bel exemple est survenu lors des deux derniers matchs.

Avant que Tomas Plekanec ne marque le but égalisateur en fin de troisième période dans le match no. 2 contre les Rangers, vous étiez prêts à lancer la serviette sur la présente saison. Pas vrai?

Cependant, le but de Plekanec vous a redonné espoir. Vous vous êtes mis soudainement à croire aux chances des Canadiens. Et quand Radulov a inscrit le but victorieux en prolongation, vous avez célébré la victoire avec beaucoup d'émotions et vous avez oublié ce qui s'était passé plus tôt dans la rencontre. N'est-ce pas?

Puis, la victoire convaincante du Bleu-Blanc-Rouge dans la troisième partie de la série vous a laissé croire que l'équipe était peut-être meilleure que vous ne le pensiez. L'espoir a grandi en vous. Pas vrai?

L'espoir, c'est le sentiment qui habitent plusieurs d'entre vous. L'espoir de voir les Canadiens gagner longtemps lors du tournoi printanier.

Vous savez, il n'y a aucun mal de penser de la sorte. Quand les Canadiens gagnent en séries, tout le monde en profite.

C'est bon pour votre état d'esprit et le mien et c'est aussi bon pour les restaurants, les bars, etc. N'est-ce pas?

Bon, ceci étant dit, la troupe de Claude Julien est encore loin, très loin d'une Coupe Stanley. Pour le moment, nous vivons d'espoir.

(Texte écrit par Félix Séguin)