Montréal - New York

Les Rangers ont du ménage à faire

Agence QMI / Jonathan Bernier 

Publié | Mis à jour

Incapables de s’approcher du filet d’Henrik Lundqvist lors de la rencontre initiale, les attaquants des Canadiens ont remédié à la situation de brillante façon dans le match suivant. C’est ainsi que Tomas Plekanec a créé l’égalité et qu’Alexander Radulov a donné la victoire à son équipe.

Au lendemain de ce revers, Alain Vigneault et ses joueurs ont convenu qu’il s’agit d’un des aspects qu’ils devront améliorer.

«On doit faire un meilleur travail pour bloquer l’enclave et s’emparer des retours de tir», a convenu Rick Nash, quelques minutes avant de monter à bord de l’avion ramenant l’équipe à New York.

Avec 58 tirs au but, il est clair que la troupe de Claude Julien s’était donné pour mandat de tirer de partout et de se lancer tête première vers les retours. Une stratégie qui a pris les visiteurs un peu à contre-pied.

«Le Canadien a décoché beaucoup de tirs provenant de mauvais angles. C’est une tendance que l’on voit de plus en plus dans la LNH. On n’a pas été capable de gérer les rebonds aussi bien que d’habitude», a indiqué l’entraîneur des Rangers.

Limiter les tirs de la pointe

Pour éviter que pareille situation se reproduise, Nash estime que les attaquants des Rangers devront être un peu plus efficaces en territoire défensif.

«Il faut absolument sortir la rondelle de notre zone lorsqu’on en a l’occasion, a soutenu l’ailier droit. Il faut également couvrir plus efficacement leurs défenseurs. Vendredi soir, il est trop souvent arrivé qu’ils aient pu décocher des tirs de la pointe.»

Les arrières du Tricolore ont effectué 22 des 86 tentatives de tir sur le filet adverse. Vingt-deux fois, ils ont atteint la cible. Parmi le sextuor, seul Nikita Nesterov n’a pas été en mesure de mettre le gardien suédois à l’épreuve.

«On ne peut pas les laisser aussi à découvert», a-t-il ajouté.

Sur les talons

En revenant de l’arrière en troisième période pour l’emporter, les Montréalais ont joué le tour qu’ils ont fait à 11 formations au cours de la saison régulière. Ce qui était un sommet dans la LNH.

«On en a parlé, mais ça ne changeait rien. Ce n’est pas la première fois qu’on avait une avance à gérer en troisième période, a rappelé Vigneault. Cette fois, on a joué un peu trop sur les talons. Ça va nous aider pour les prochains matchs, on va savoir à quoi s’attendre.»

Sans affirmer qu’ils avaient modifié leur façon de jouer en raison de cette réalité, les joueurs des Rangers ont reconnu qu’ils avaient peut-être fait preuve de trop de prudence.

«Avec l’avance d’un but, on a voulu limiter les erreurs en effectuant des jeux à pourcentage de réussite élevé. On était à 17 secondes de l’emporter de cette façon», a expliqué Derek Stepan.

«Cependant, en prolongation, on a peut-être joué un peu trop sur les talons. On est passés à côté de certaines occasions de se lancer en échec avant. Après le but égalisateur, il aurait fallu redevenir plus combatif», a-t-il ajouté.

Une erreur qu’ils ne prendront certainement pas le risque de commettre de nouveau.

Le match numéro trois sera présenté à compter de 18 h, dimanche, à l’antenne de TVA Sports.