Boston - Ottawa

Les blessures continuent de miner les Bruins

Publié | Mis à jour

Certes, les Bruins de Boston ont comblé un retard pour surprendre les Sénateurs d’Ottawa au Centre Canadian Tire dans le premier match de la série mettant aux prises les deux clubs, mais ils doivent encore composer avec une infirmerie plutôt remplie.

D’ailleurs, l’attaquant David Krejci manquera de nouveau à l’appel, samedi après-midi, selon ce qu’a rapporté le réseau NESN vendredi. Le vétéran est toujours aux prises avec une blessure au haut du corps et ce n’est rien pour aider la troupe de l’entraîneur-chef Bruce Cassidy, qui manœuvre déjà sans les défenseurs Torey Krug et Brandon Carlo, notamment.

À ces absences, il pourra possiblement ajouter celle de l’arrière Colin Miller, victime d’un contact genou à genou avec Mark Borowiecki lors de l’affrontement initial. Il a participé à l’entraînement matinal, mais a retraité au vestiaire très tôt, visiblement inconfortable sur la glace. Cassidy s’attend à voir Joe Morrow prendre sa place à la ligne bleue.

En dépit de tous ces problèmes, le moral est au beau fixe chez les Bruins, d’autant plus que les jeunes David Pastrnak, Frank Vatrano et Charlie McAvoy – qui a effectué ses débuts dans la Ligue nationale mercredi – ont tous brillé.

«La jeunesse peut amener un élan d’énergie quand vous en manquez, a déclaré le joueur d’avant David Backes au quotidien Boston Herald. Étant donné la manière dont ils ont répondu et produit, et le fait qu’ils ont joué des minutes de qualité, ça augure bien.»

«Ces gars-là avaient juste besoin d’un peu de soutien avant la partie sur ce qui allait se passer et sur ce qu’ils devaient prévoir en termes d’intensité et d’émotion dans un match éliminatoire. Il fallait qu’ils dosent bien leur énergie pour bien aborder la rencontre», a poursuivi l’ancien des Blues de St. Louis.

Ne pas arrêter

Cassidy souhaite évidemment une performance similaire de la part de ses jeunes troupiers au cours de la prochaine joute et des suivantes.

«Ce sont des joueurs que vous voulez dans votre groupe; lorsque la victoire est en jeu, ils désirent contrôler la rondelle, a-t-il dit. Plus ces gars grandiront et se développeront en s’intégrant à notre équipe, plus ils vont s’améliorer.»

«Ils incitent également les plus vieux à y aller plus fort. Les vétérans voient ces jeunes hommes qui n’ont pas peur quand la rondelle est déposée sur la glace. Ça va les rendre encore plus intenses, car cet élan d’énergie se transportera sur eux», a poursuivi le pilote.