Chicago - Nashville

Les Blackhawks s'ajustent en vue du deuxième duel

Publié | Mis à jour

Après avoir été blanchis dans le premier match de leur série face aux Predators de Nashville, les Blackhawks de Chicago arboreront un visage différent pour le deuxième duel prévu samedi.

L’entraîneur-chef Joel Quenneville a tenu une rare séance d’entraînement entre deux rencontres et il en a profité pour modifier quelque peu la composition de ses trios dans le but de générer de l’offensive.

Ryan Hartman et John Hayden ont tous les deux partagé l’aile gauche sur le premier trio, tandis que Nick Schmaltz évoluait sur la troisième unité offensive.

«Je crois que c’est une option de modifier les lignes. On peut également les remettre comme c’était lors du premier match à tout moment», a expliqué Quenneville, lors d’une entrevue publiée sur le site web officiel de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Quatre recrues effectuaient leurs débuts en séries lors du premier affrontement du côté des Blackhawks. Schmaltz fait partie des recrues et il a rapidement compris la réalité d’un match éliminatoire.

«Je pense que j’étais correct, a admis Schmaltz qui semblait tout de même un peu déçu de la situation. J’aurais aimé avoir le contrôle de la rondelle un peu plus longtemps. Je ne sais pas si j’étais nerveux ou quoi, mais je sentais que je me faisais toujours enlever la rondelle dès que je l’avais. Je ne suis pas habitué que ça m’arrive. Je vais apprendre de cette situation.»

Les Predators satisfaits

De leur côté, les Predators n’ont pas non plus connu leur meilleure performance en attaque, mais ils en ont fait suffisamment pour enlever le premier match. Le gardien Pekka Rinne a également été excellent pour signer son deuxième blanchissage en carrière, lors des séries.

«Nous avons fait un excellent travail afin de déjouer leur système de jeu, a expliqué Rinne après la rencontre de jeudi. Nous ne leur avons pas permis de se mettre en marche. C’est une équipe qui aime jouer avec beaucoup de vitesse et contrôler la rondelle. De notre côté, nous les avons empêchés de le faire.»