Edmonton - San Jose

Une première leçon pour les Oilers

Publié | Mis à jour

Les Oilers d’Edmonton ont rapidement constaté que le hockey des séries éliminatoires est bien différent de celui de la saison régulière et leur défaite subie mercredi aux mains des Sharks de San Jose au cours du premier match de la série opposant les deux clubs leur servira de leçon.

Menés par la jeunesse, le talent et l’enthousiasme, les joueurs de l’entraîneur-chef Todd McLellan avaient pris l’avance 2-0 dans le duel initial du quart de finale de l’Association de l’Ouest.

Cependant, au bout du compte, l’expérience des «Requins» a remonté à la surface et les Oilers sont rentrés au vestiaire avec leur petit bonheur et un douloureux revers de 3-2 en prolongation, résultat du but décisif de Melker Karlsson.

Toutefois, l’heure n’était pas au désespoir dans le camp des perdants après la partie.

«Je ne sais pas si les Sharks ont élevé leur jeu d’un cran ou si c’est le nôtre qui est tombé à plat. C’est difficile à dire, mais je pense que nous étions un peu trop confortables, ce qui ne doit pas arriver», a commenté au quotidien "Edmonton Sun" Connor McDavid, qui a obtenu une mention d’aide à sa première joute des séries en carrière.

«Nous avons définitivement eu le départ espéré, nous avons accompli un bon travail au début, mais nous devons finir le tout avec une victoire. Nous étions pourtant en bonne position avant la troisième période. C’est le genre de match qu’il faut remporter», a ajouté le récipiendaire du trophée Art-Ross cette année.

Talbot veille au grain

Preuve que la domination des Oilers fut pour le moins éphémère, les Sharks ont conclu la soirée avec un avantage marqué de 44-19 au chapitre des lancers. Aussi, les joueurs d’Edmonton ont évoqué l’indiscipline pour expliquer cet écart important. Ils souhaitent éviter le banc des pénalités lors de la prochaine rencontre, vendredi, estimant que les six attaques massives concédées à San Jose n’ont pas aidé leur cause.

«Normalement, le résultat ne sera pas en votre faveur si vous donnez 6-7 supériorités numériques par soir, a déclaré le gardien Cam Talbot, solide dans la défaite.

«Il faut demeurer hors du banc des punitions, car vous perdez le rythme dans le cas contraire, a renchéri l’attaquant Jordan Eberle. Les gars qui écoulent le temps en infériorité numérique gaspillent beaucoup d’énergie et ceux qui sont plus forts ne jouent pas. C’est compliqué également pour l’entraîneur de manœuvrer avec ses trios et pour nous de jouer de la façon désirée.»