Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Montréal - New York

Une défaite bénéfique?

Une défaite bénéfique?

Patrick Lalime

Publié 13 avril 2017
Mis à jour 13 avril 2017

Tout d’abord, je ne crois pas que ce soit une mauvaise chose que les Canadiens aient perdu le premier match contre les Rangers.

C’est sûr que comme joueur et comme équipe, tu veux gagner, mais avec toutes les attentes et la pression qui entourent le CH, cette défaite pourrait avoir un effet bénéfique.

Les joueurs ont eu droit à un «retour à la réalité» et ils ont réalisé que l’équipe en face était là pour jouer. Ça ne peut faire que du bien pour la suite des choses.

J’ai adoré le début de match des Canadiens. Maintenant, il faudrait voir un copier-coller de leur première période, vendredi, mais pendant tout le match.

De plus, les joueurs devront demeurer disciplinés. Les joueurs ont couru à leur perte en écopant de pénalités en zone adverse. Plutôt que de continuer à appliquer de la pression, ils se sont retrouvés à se défendre.

L’importance de l’avantage numérique

Je l’ai dit et je le répète : cette série va se gagner sur les unités spéciales. En avantage numérique, les joueurs devront créer davantage de chances de marquer.

Il faudra déranger Henrik Lundqvist devant son filet. C’est comme ça que le Tricolore pourra marquer. Lors du premier match, le Suédois a fait face à beaucoup de lancers en début de rencontre sans avoir à composer avec du trafic. Ce genre de situation donne beaucoup de confiance à un gardien.

De l’autre côté, Carey Price n’a accordé qu’un seul but. Il a été solide et il a fait ce qu’il devait faire, il a gardé son équipe dans le match. On ne peut aucunement le blâmer.

Que faire avec Galchenyuk?

J’ai aimé l’énergie déployée par les troisième et quatrième trios. Pour l’instant je laisserais la formation ainsi, mais si les Max Pacioretty et Alexander Radulov ne débloquent pas, il faudra regarder du côté d’Alex Galchenyuk pour les aider.

Mais avant d’en arriver là, les Canadiens devront revoir leur stratégie offensive. Ils doivent faire bouger les défenseurs adverses en entrée de zone en appliquant de la pression et en créant des surnombres.

La finesse en entrée de territoire ne fonctionnera pas contre les Rangers qui attendent à trois ou même quatre joueurs à leur ligne bleue. Ça promet pour la suite.

Un texte de Patrick Lalime