Montréal - New York

Mises en jeu: les statistiques peuvent être trompeuses

Publié | Mis à jour

On le sait, les statistiques peuvent parfois être trompeuses.

C’est le cas notamment si on se penche sur le taux de réussite dans les cercles des mises en jeu dans le premier match de la série entre les Canadiens et les Rangers.

Chaque équipe en a remporté le même nombre, soit 28, mais les New-Yorkais ont été bien meilleurs que les Montréalais dans les situations importantes.

Les hommes de Claude Julien n’ont présenté qu’un taux d’efficacité de 25% en avantage numérique et de 24% en zone défensive.

«C’est impossible de gagner avec de telles statistiques», soutient Renaud Lavoie.

Voyez dans la vidéo ci-dessus le segment de l’émission Destination Coupe Stanley consacré à ce sujet, jeudi.

Par ailleurs, le trio composé de Tomas Plekanec, Paul Byron et Brendan Gallagher doit en donner plus, selon Renaud Lavoie et Félix Auger.

Mercredi, les trois joueurs n’ont totalisé qu’un tir, ce qui bien insuffisant, et ont conclu la rencontre avec une fiche globale de -4. 

D’ailleurs, Plekanec présente un différentiel de -20 en 82 matchs de séries éliminatoires.