Montréal - New York

Claude Julien maîtrise le jeu des confrontations face à Alain Vigneault

Publié | Mis à jour

Dès le premier affrontement de la série face aux Rangers, l’entraîneur-chef Claude Julien a profité de l’avantage de la glace pour dévoiler ses couleurs dans le jeu des confrontations. Même s’il n’a pu savourer une victoire, le pilote a fait du bon boulot pour s’assurer des duels qu’il désirait sur la patinoire.

Il a collé son défenseur numéro un Shea Weber présence après présence dans les pattes du premier trio des Rangers de New York. En effet, le mastodonte a disputé 50% de son temps de glace à cinq contre cinq (9 de ses 19 minutes, le plus haut total de l’équipe) face à l’attaquant Mats Zuccarello – qui était accompagné de Derek Stepan et Chris Kreider.

Cela n’a pas ralenti outre mesure l’homme-montagne, qui a permis à son équipe de contrôler 66,67% de la possession de la rondelle – mesurée par les tirs tentés - lorsqu’il était sur la glace, en plus d’administrer de sévères coups d’épaule.

Julien a eu la main heureuse, car son vis-à-vis Alain Vigneault n’est pas parvenu à éloigner ses meilleurs attaquants du meilleur défenseur adverse. Ils ont d’ailleurs été neutralisés, alors que le seul but des Rangers est venu du bâton du joueur de soutien Tanner Glass.

À l’autre bout du spectre, Nikita Nesterov en a eu plein les bras... face au quatrième trio des Rangers. Davantage que tout autre défenseur, le Russe a été confronté à Jesper Fast - qui formait une combinaison avec Tanner Glass et Oscar Lindberg - durant 7 :25 de son temps de glace total de 15:55 à cinq contre cinq. Nesterov a accumulé les revirements et a affiché les pires indices de possession des Canadiens.

Chez les attaquants, Claude Julien a confié les deux plus lourdes tâches aux centres Phillip Danault et Tomas Plekanec. Flanqué de Max Pacioretty et Alex Radulov, le Québécois a été le plus utilisé face à Dan Girardi (7 :49 sur 14 :07 de son temps de jeu total à 5c5), qui évoluait à la droite de Ryan McDonagh sur la première paire des Rangers. Plekanec, lui, avait la mission de neutraliser le premier trio des Rangers (7 :03 sur 10 :04 face à Zuccarrello).

En étant employé sur la quatrième unité, Alex Galchenyuk aura au moins profité de conditions favorables, en disputant à peine deux minutes face à la première paire adverse, et moins de deux minutes face au premier trio. En première période, lui, Steve Ott et Andreas Martinsen ont offert des présences soutenues en territoire offensif.

Julien n’entend pas dévier de son plan de match, car ses combinaisons demeuraient inchangées au dernier entraînement des Canadiens, jeudi après-midi.

Ce ne sont pas tous les entraîneurs qui aiment se casser la tête avec le jeu des confrontations, par souci de ne pas briser le rythme du match avec des changements décousus. Mais Julien s'inscrit dans cette école de pensée, lui qui tenait mordicus à employer Zdeno Chara face à certains trios durant la conquête des Bruins en 2011. 

Données en provenance de Natural Stat Trick

Pas de panique chez les Canadiens - TVA Sports