Toronto - Washington

«La pression est une chose magnifique quand nous sommes les négligés» – Mike Babcock

Publié | Mis à jour

L’entraîneur-chef Mike Babcock a appris beaucoup de la débandade des Red Wings de Detroit en 2005-2006, qui avaient perdu au premier tour des séries face aux Oilers d’Edmonton après une saison monstrueuse de 124 points.

Cette fois, les rôles sont inversés. Babcock dirige l’équipe négligée alors que ses Maple Leafs s’apprêtent à affronter les Capitals de Washington, la première équipe au classement général de la Ligue nationale.

«Si on les laisse se mettre en marche, ils seront délivrés et fonctionneront à plein régime, a-t-il confié durant son dernier point de presse. Mais le facteur stress est incroyable, et on ne le saisit jamais aussi bien que lorsque notre ville au complet s’attend à une victoire. À Detroit, je n’avais connu rien de pareil.»

Avec son aura de confiance habituel, Babcock s’est réjoui des vertus du statut de son équipe dans cette série.

«La pression est une chose magnifique quand nous sommes les négligés.»

Les Leafs ont accédé aux séries éliminatoires par la peau des fesses, grâce à une victoire lors du 81e match de leur saison régulière. Les analystes ne vendent pas cher leur peau face aux puissants Capitals, sachant qu’ils comptent plusieurs vertes recrues parmi leurs rangs, notamment Auston Matthews, Mitch Marner, William Nylander et Nikita Zaitsev.