Montréal - New York

Des Rangers expérimentés

Publié | Mis à jour

Alain Vigneault a beau soutenir que les Canadiens sont l’équipe favorite de cette confrontation, il s’amène à la barre de l’une des plus expérimentées du circuit.

Pas moins de 11 de ses joueurs évoluaient déjà sous ses ordres lorsqu’il a mené les Rangers à la finale de la Coupe Stanley en 2014. Deux autres se sont ajoutés le printemps suivant lorsque les Blueshirts se sont inclinés en sept rencontres, face au Lightning de Tampa Bay, en finale de l’Association de l’Est.

«On est certainement l’une des deux équipes dont les joueurs ont disputé le plus de matchs en séries éliminatoires. Les gars ont traversé des épreuves ensemble, ils ont joué de gros matchs. Ils savent qu’ils peuvent compter les uns sur les autres», a déclaré l’entraîneur des Rangers avant que sa formation ne mette le cap sur Montréal.

Mauvais souvenir

Soutenant les propos de son entraîneur, Derek Stepan souhaite toutefois apporter un bémol.

«C’est certain qu’on a acquis beaucoup d’expérience, mais chaque année est différente. Chaque série amène ses particularités. On peut apprendre de toutes les séries», a-t-il souligné.

Les Rangers en savent quelque chose eux qui ont rapidement été écartés de la course par les Penguins, dès le premier tour, en 2016.

«L’an dernier, ça ne s’est pas terminé de la façon dont nous l’aurions souhaité. On l’a encore à l’esprit», a lancé Ryan McDonagh.

Tel un guide

À l’autre bout du spectre, Jimmy Vesey disputera son premier match éliminatoire. Brady Skjei (5 matchs) et Oscar Lindberg (2 matchs) ont également le nombril vert. Vigneault est heureux de pouvoir les entourer de vétérans qui ont du vécu.

«On a ajouté quelques jeunes joueurs à notre équipe. On doit s’assurer qu’ils comprennent qu’ils doivent garder les choses simples et qu’ils doivent surtout respirer», a-t-il déclaré, sourire en coin.

Avec 85 rencontres éliminatoires derrière la cravate, Derek Stepan risque d’être l’un des vétérans vers qui les jeunes se tourneront.

«Il n’y a rien de mieux que de le vivre. Alors, je vais les laisser expérimenter le moment et profiter de la première période pour chasser la nervosité. Ensuite, on verra», a-t-il mentionné.