Montréal - New York

Carey Price a le numéro des Rangers

Publié | Mis à jour

Le Canadien ayant remporté ses trois confrontations face aux ¬Rangers cette saison, les joueurs de Claude Julien ont de bonnes raisons de se sentir en confiance à l’amorce de la première ronde.

C’est le cas de Carey Price, dominant lorsqu’il se mesure aux Rangers. On sait cependant qu’une fois les séries éliminatoires en marche, on peut jeter à la poubelle toutes les statistiques amassées au cours de la saison. Voici tout de même une analyse des forces et des faiblesses des deux équipes. Les paris sont ouverts.

GARDIENS

CANADIEN

Son équipe préférée

Chaque joueur a une équipe adverse qu’il adore affronter. Dans le cas de Carey Price, il s’agit assurément des Rangers, contre lesquels le gardien étoile présente une excellente fiche de 15-5-1 et une moyenne de buts alloués de 1,82. Son seul mauvais souvenir est la blessure au genou subie lors du premier match de la finale de l’Est en 2014, lorsque le vilain Chris Kreider avait foncé sur lui. Le Canadien ne s’en était pas remis.

RANGERS

Il n’a rien d’un roi

Du côté d’Henrik Lundqvist, c’est tout le contraire. Le «Roi Henrik» n’est pas à l’aise lorsqu’il joue contre le Canadien. Sa fiche est de 14-17-3, dont trois revers encaissés cette saison. Lundqvist en arrache tout particulièrement au Centre Bell. Ennuyé par une blessure à la hanche, le Suédois a connu des hauts et des bas durant la campagne. Disons qu’il n’est plus le gardien qu’il a déjà été.

AVANTAGE : CANADIEN

DÉFENSEURS

CANADIEN

L’impact de Weber

On s’est posé des questions au sujet de la brigade défensive du Canadien durant tout l’hiver et pourtant, l’équipe a affiché l’une des meilleures moyennes dans la ligue et les défenseurs ont fait leur part à l’attaque. La présence de Shea Weber représentera un précieux atout dans les séries, en espérant qu’il ne traîne pas une blessure. Si Andreï Markov ne s’essouffle pas, le Tricolore n’aura pas trop à s’inquiéter.

RANGERS

McDonagh: le pilier

Les Rangers ont accordé 20 buts de plus que le Canadien cette saison. Le capitaine Ryan McDonagh demeure leur pilier à la défense, ayant récolté 42 points tout en affichant un différentiel de +20. Il a raté quelques matchs en fin de saison en raison d’une blessure. Le jeune Brady Skjei a bien paru, tandis que Nick Holden a été une bonne acquisition. Marc Staal et Dan Girardi sont de bons vétérans.

AVANTAGE : CANADIEN

ATTAQUANTS

CANADIEN

Galchenyuk, une énigme

Le Canadien a beau miser sur le duo Pacioretty-Radulov, il aura besoin de la contribution offensive d’Alex Galchenyuk, qui a déçu en fin de saison. Que nous réserve le talentueux mais énigmatique attaquant? Paul Byron pourrait étourdir les défenseurs des Rangers. Andrew Shaw sera à surveiller, lui qui a gagné deux fois la coupe à Chicago. Artturi Lehkonen est sur une belle lancée.

RANGERS

Kreider, un solide marqueur

L’attaque des Rangers a produit 30 buts de plus que celle du CH. Elle est bien équilibrée. Derek Stepan et Mika Zibanejad font du bon boulot au centre. Chris Kreider a connu sa meilleure campagne, confirmant ses talents de marqueur, tandis que Mats Zuccarello a été productif. Rick Nash reste un bon marqueur. Michael Grabner a été la révélation de l’année, mais il est tombé en panne en fin de saison.

AVANTAGE : RANGERS

ENTRAÎNEURS

CANADIEN

Julien, un gagnant

En Claude Julien, le Canadien mise sur un entraîneur-chef qui a mené son ancienne équipe, les Bruins, à la conquête de la coupe Stanley en 2011. Julien présente un excellent dossier de 61 victoires et de 47 défaites en matchs éliminatoires. Il n’est pas du genre à paniquer. Depuis son arrivée derrière le banc, les joueurs se comportent beaucoup mieux collectivement.

RANGERS

L’expérience d’Alain Vigneault

Alain Vigneault n’a rien à envier à Claude Julien, à l’exception d’une certaine conquête de la coupe Stanley survenue il y a six ans! Vigneault a un bagage d’expérience de

127 matchs dans les séries éliminatoires, présentant une fiche de 62 victoires contre 65 défaites. À l’instar de Julien, il connaît tous les trucs du métier. Ce sera un face-à-face entre deux des meilleurs entraîneurs francophones de l’histoire de la LNH.

AVANTAGE : CANADIEN

UNITÉS SPÉCIALES

CANADIEN

Faible production à 5 contre 4

S’il y a un aspect du jeu dans lequel le Canadien en a arraché au cours des dernières semaines de la saison, c’est bien lors des situations de supériorité numérique. Les entraîneurs cherchent encore à créer une bonne synergie au sein des deux unités qui sont envoyées dans la mêlée. Le Canadien doit espérer que Shea Weber marque quelques gros buts pour les séries.

RANGERS

Plus menaçant

L’attaque massive des Rangers a été plus productive que celle du Canadien dans les dernières semaines de la saison et il faut lui accorder un certain avantage sur ce plan. Les Rangers misent sur des attaquants rapides et costauds. Price doit se préparer à avoir la vue voilée sur un bon nombre de tirs. Par contre, les Rangers ont connu certains ennuis en désavantage numérique.

AVANTAGE : RANGERS

MOMENTUM

CANADIEN

Belle fin de saison

Sous la férule de Claude Julien, le Canadien a su bien terminer la saison. L’équipe a été l’une des meilleures dans la ligue lorsqu’elle jouait à forces égales. Chaque trio est capable de contribuer offensivement et on risque d’assister à un bon nombre de changements au sein du quatrième.

RANGERS

Baisse de régime

Les Rangers ont connu une baisse de régime lors des dernières semaines. Alain Vigneault ne semble cependant pas s’en faire outre mesure, lui qui a tenu à accorder des soirées de congé à ses meilleurs joueurs la semaine dernière afin qu’ils soient frais et dispos pour attaquer les séries.

AVANTAGE : CANADIEN

ROBUSTESSE

CANADIEN

Un club plus gros

Le Canadien a pris du poids au cours des derniers mois et il devrait logiquement être en mesure de mieux se défendre côté robustesse.

Julien a des cartes dans son jeu pour former un quatrième trio capable de déranger l’adversaire. Des guerriers comme Andrew Shaw et Steve Ott devraient être utiles.

RANGERS

Kreider, un joueur marqué

L’imposant Chris Kreider a fait très mal au Canadien en 2014 lorsqu’il a sorti Carey Price de la série en se laissant glisser vers le gardien du CH pour le blesser au genou. Kreider sera donc un joueur marqué dans cette série. Shea Weber et Jordie Benn devront calmer ses ardeurs autour du filet.

AVANTAGE : RANGERS

IMPONDÉRABLES

CANADIEN

Les blessures

Le Canadien forme une bonne équipe, mais le casse-tête peut se défaire assez facilement. La perte d’un seul joueur clé (lire Price, Pacioretty, Radulov ou Weber) aurait des effets dévastateurs. Allumez vos lampions, chers partisans!

RANGERS

Une drôle de fiche

Étrangement, les Rangers jouent mieux sur les patinoires adverses, où ils ont affiché le meilleur dossier dans la ligue qu’à leur domicile. Pourtant, ce n’est pas l’ambiance qui fait défaut au Madison Square Garden. La série s’amorce à Montréal, où les «Blueshirts» ont connu très peu de succès.

ÉGALITÉ