Montréal - New York

Alain Vigneault craint Alex Galchenyuk

Publié | Mis à jour

Alain Vigneault est maître dans l’art de jouer du violon. Il a rajouté quelques notes à sa symphonie en abordant la prochaine confrontation avec les Canadiens.

«On est tous excités à l’idée d’amorcer cette série. On y a mis beaucoup de préparation. On sait que l’on va affronter une très bonne équipe, une formation qui accorde très peu de buts, a-t-il encensé. En plus, ils ont maintenant Alex Galchenyuk sur le quatrième trio. Aucune équipe n’a un joueur aussi talentueux sur son quatrième trio. Ce sera tout un défi.

«Si nous voulons nous donner une chance de l’emporter, il faudra absolument jouer notre type de match. Nous devrons jouer avec rapidité et maintenir une cadence élevée», a ajouté l’entraîneur des Rangers.

Les Rangers devront également éviter de se laisser intimider par la bruyante foule du Centre Bell, qui n’a pas eu de séries éliminatoires à se mettre sous la dent le printemps dernier.

«Connaître un bon départ, ce sera la clé, a soutenu Derek Stepan. Et tout réside dans les détails. C’est fou comment, en séries, chaque petit jeu peut faire la différence. Il faut être prêts physiquement et vifs mentalement.»

Pas de problème loin de la maison

Cela dit, les Rangers peuvent se targuer d’avoir maintenu le dossier de 27-12-2 sur les patinoires adverses cette saison, ce qui constitue le meilleur du circuit Bettman.

Fait inusité, c’est également la seule formation à avoir obtenu un meilleur rendement à l’étranger qu’à domicile (21-14-4).

«On repart en neuf, mais on sait que l’on a été en mesure de remporter des matchs importants sur la route. Espérons que ça puisse continuer», a indiqué Ryan McDonagh.