Montréal - New York

Canadiens-Rangers: deux équipes semblables

Publié | Mis à jour

Max Pacioretty était là en 2014. Il se souvient encore de la douleur de la défaite en six matchs contre les Rangers de New York en finale de l’Est.

«Il y a encore plusieurs visages identiques au sein des deux équipes, les noyaux se ressemblent depuis 2014, a rappelé Pacioretty. Depuis ce jour, je dirais qu’une belle rivalité est née entre les Rangers et le Canadien. J’explique cette rivalité par le fait que les deux équipes se ressemblent. Les deux formations sont construites dans le même moule. Elles ont de bons gardiens et elles utilisent leur vitesse à l’attaque. Notre but est de les ralentir et j’imagine que leur but sera de nous ralentir.»

Grandir dans l’adversité

Pacioretty a refusé de s’aventurer sur un terrain glissant, celui d’identifier les raisons qui pourraient permettre à son équipe d’éliminer les Rangers.

«Les deux équipes ont connu du succès cette saison. Nous avons terminé l’année avec seulement un point de plus qu’eux, a-t-il répliqué. Comme j’aime le dire, les deux formations préconisent des systèmes de jeu similaires. La rapidité est la clé. Les Rangers ont aussi fait face à de l’adversité cette saison. Leur gardien (Henrik Lundqvist) a manqué quelques rencontres.

«Comme les Rangers, nous avons aussi traversé des moments plus difficiles. Mais nous avons réussi à nous relever. L’adversité a fait de nous une meilleure équipe. Et je suis persuadé qu’ils ont le même discours.»

Pacioretty a mené son équipe cette saison face aux Rangers avec une récolte de cinq points (un but, quatre aides) en trois matchs.