Crédit : AFP

LNH

Autopsie d'un désastre

Autopsie d'un désastre

Michel Godbout

Publié 21 mars 2017
Mis à jour 21 mars 2017

Désastre.

Le mot n'est pas trop fort, même si la saison n'est pas encore terminée. Mais si la situation se maintient, ni les Flyers ni les Islanders ne participeront aux séries.

Dans les deux cas, ce sont des gaffes majeures de la direction qui ont fait échouer le navire.

Prenez les Islanders.

Je ne reviendrai pas sur ce que j'ai déjà dit au sujet du manque de vision du directeur général Garth Snow qui a laissé partir des joueurs clés l'été dernier. En lieu, je vais me concentrer sur le présent.

Et ce présent dicte que les Islanders n'ont plus le droit à l'erreur s'ils souhaitent participer aux séries. Mais ils ont un gros problème devant le filet.

«L'élu» Thomas Greiss n'est plus l'ombre de lui même depuis deux mois, cumulant des taux d'efficacité de ,891 en février et ,893 en mars. Pendant ce temps, son second, Jean-François Bérubé, n'arrive toujours pas à s'établir dans la LNH. Ces cerbères ont bien mal choisi leur moment pour s'avérer poreux, juste au moment où les Islanders ont le plus besoin d'eux.

Hélas, cette catastrophe ne devrait pas en être une, car l'organisation a un gardien pleinement capable de faire le travail. Vous le connaissez peut-être, il se nomme Jaroslav Halak et évolue présentement dans la Ligue américaine, à Bridgeport avec le club-école des Islanders. Depuis sa rétrogradation en décembre dernier, Halak a retrouvé ses moyens et présente une fiche de 16-7, une moyenne de 2,19 et un taux d'efficacité de ,923.

Des chiffres qui lui vaudraient certainement un rappel surtout que sous pression, comme il le serait avec les Islanders en ce moment (et comme il l'a déjà été avec les Canadiens), Halak est bon.

Très bon même.

Mais l'organisation, pour toutes sortes de raisons dont elle seule connaît, se borne à ne pas le rappeler.

Avec des millions en jeu, je ne peux pas croire que les Islanders vont laisser pourrir Halak dans la LAH par principe. Si oui, ça en dit long sur le respect que peut avoir cette organisation envers elle-même et surtout ses partisans.

Et les Flyers eux?

Ici aussi, je ne vais pas répéter le procès que je leur ai déjà fait.

Je regarde le présent.

Celui qui a vu Ron Hextall se montrer tolérant ce week-end à l'endroit de Dale Weise avec ses 8 points en 53 matchs malgré son contrat de quatre ans valant près de 10 millions.

Ce même Hextall qui a accordé une prolongation de contrat de deux ans au gardien Michal Neuvirth qui n'a participé qu'à 26 matchs cumulant un taux d'efficacité de ,887.

Bref, Philadelphie a pris plusieurs mauvaises décisions, autant dans le présent que dans la dernière décennie et s'avère aujourd'hui comme l'artisane de son propre malheur. Mais le véritable malheur, ce sont les partisans qui le vivent.

À l'instar des Islanders, les Flyers auraient besoin eux aussi de se rappeler pour qui ils sont en affaires!