Canadiens de Montréal

Marc Bergevin a su combler un besoin des Canadiens

Marc Bergevin a su combler un besoin des Canadiens

Patrick Lalime

Publié 01 mars 2017
Mis à jour 01 mars 2017

Le directeur général Marc Bergevin a comblé un besoin des Canadiens, eux qui devaient être plus physiques.

Avant les transactions qu’il a réalisées, l’identité du CH, c’était sa vitesse.

Bergevin a su ajouter l’élément robustesse à son équipe sans perdre de la vitesse. Les nouveaux joueurs ne sont pas très rapides. Ils amènent cependant beaucoup de caractère à la formation montréalaise.

Seul petit problème : Bergevin n’a pu améliorer l’attaque des Canadiens. C’est d’ailleurs ce qui s’est produit un peu partout dans la LNH, alors que peu de gros noms en attaque ont changé d’adresse à la date limite des transactions.

D’ailleurs, avec le plafond salarial, c’est devenu difficile de procéder à des échanges dans la LNH.

Bergevin a donc décidé de faire confiance aux éléments déjà en place, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Après tout, ce sont eux qui ont amené l’équipe là où elle est maintenant.

Profondeur, robustesse, caractère

J’ai hâte de voir la compétition qu’il y aura à l’interne. Dans les séries éliminatoires, tu as besoin que tes troisième et quatrième trios t’aident offensivement, parce que le jeu y est plus serré.

Les joueurs devront alors retrouver la confiance qu’ils avaient en début de saison. Les récentes acquisitions vont ajouter de la profondeur dans les troisième et quatrième trios du Tricolore.

L’heure des choix

Ces arrivées feront en sorte que Michael McCarron sera envoyé dans les mineures puisqu’il a besoin de jouer sur une base régulière. Je crois aussi que Brian Flynn devrait écoper.

Reste à voir qui entre Paul Byron et Artturi Lehkonen va se retrouver sur la quatrième unité.

Je ne m’attends pas à ce que Steve Ott dispute tous les matchs. Il sera utilisé lorsque l’adversaire sera plus robuste.

Pour ce qui est de Dwight King, il doit faire partie du top 9 offensif, selon moi.

Le fait que l’équipe s’est grossie, cela donne plus d’options à Claude Julien pour jouer avec sa formation et faire des choix en fonction de l’adversaire.

Ce qui est rassurant, c’est que Bergevin a réussi à faire tout cela sans toucher à ses principaux espoirs ni sacrifier de hauts choix au repêchage. C’était important de ne pas hypothéquer l’avenir.

(Un texte de Patrick Lalime)