SPO-Natation

Crédit : MARTIN ALARIE/AGENCE QMI

Sports aquatiques

Sandrine Mainville finit avec force

Publié | Mis à jour

Sandrine Mainville a terminé, dimanche soir, le championnat canadien disputé à Sherbrooke sur les chapeaux de roues en signant un record au 100 m libre pour mettre la main sur la Coupe Sprint et effectué toute une remontée au relais 4 X 100 QN pour procurer une médaille d’argent aux Carabins de l’Université de Montréal.

Sept records de USports ont été fracassés au cours de cette dernière journée pour un total de 18 dans un championnat dominé par les Thunderbirds de UBC qui ont facilement remporté les bannières féminine et masculine.

«J’y allais pour le temps au 100 m et j’ai réussi le même chrono qu’à Windsor en décembre lors des mondiaux en petit bassin, a raconté Mainville qui a complété le championnat avec trois médailles d’or et autant d’argent. J’ai terminé à 0,2 s de mon meilleur temps à vie qui date de 2013.»

Mainville a gelé le chrono à 52,62 s alors que le record qui lui appartenait depuis le championnat provincial était de 52,86.

Affaire de famille

Pour ajouter à son plaisir, Sandrine a réalisé un deuxième doublé en compagnie de sa sœur Ariane. Cette deuxième victoire après celle au 50 m libre de samedi soir lui a procuré la Coupe Sprint pour la troisième fois au cours de sa carrière universitaire après celles de 2014 et 2015.

«C’est encore plus excitant, a mentionné l’aînée de la famille. Je me permets de la coacher un peu. Avant le 100 m, je lui ai donné quelques conseils. Elle apprend beaucoup et elle est encore jeune.»

Et de sept pour Savard

Privés de leur dossiste habituelle Camille Bergeron-Miron blessée à un coude, les Carabins pointaient en cinquième place après deux relais, mais Katerine Savard et Mainville ont renversé la vapeur. Pour Savard, il s’agissait d’une septième médaille en fin de semaine, dont quatre d’or.

«Avant le relais, j’avais pris un pari avec Pierre (Lamy) que je descendrais sous la barre des 52 secondes, a confié la médaillée olympique des Jeux de Rio. J’ai réussi 52,1. En raison de l’absence de Camille, c’était un plus gros défi et encore plus excitant.»

Intouchables, les Thunderbirds ont battu leur record par plus de trois secondes pour remporter l’or.

Un honneur pour Lamy

Même s’il visait la bannière chez les femmes, Lamy était satisfait de la prestation de son groupe.

«Nous avons eu des hauts et des bas et j’aurais aimé que l’écart soit plus serré, mais je suis très satisfait, a mentionné le pilote des Bleus qui a reçu le titre d’entraîneur par excellence du volet féminin. Nous avons eu des imprévus, mais les filles ont bien réagi. Elles ont nagé comme des "devils". Je suis content aussi de la sixième place au cumulatif de nos gars.»

Vainqueur de six épreuves, l’Olympien Yuri Kisil, de UBC, a reçu le titre de nageur par excellence. Médaillée de bronze au 100 m dos des Jeux olympiques de Rio, Kylie Masse, des Blues de Toronto, a reçu le même honneur chez les femmes en vertu de ses sept médailles, dont trois d’or où elle a établi un record de USports à chaque occasion.