Marc Bergevin

Crédit : Pierre-Paul Poulin / Le Journal

Félix Séguin

Que fera Marc Bergevin?

Que fera Marc Bergevin?

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 17 janvier 2017
Mis à jour 17 janvier 2017

Allons droit au but.

À mon humble avis, les Canadiens de Montréal ont deux ans pour gagner la coupe Stanley. Cette saison ou l'année prochaine.

Attention ici, lisez attentivement : je ne dis pas que le Tricolore va gagner ou qu'il est l'équipe favorite pour soulever le précieux trophée. J'affirme tout simplement que la fenêtre d'opportunité pour réaliser l'exploit se refermera au terme de la saison 2017-2018.

Pourquoi? Il y a tout d'abord les raisons financières. Et elles sont importantes.

En 2018, Carey Price aura un nouveau contrat et il sera le joueur ou l'un des joueurs les mieux payés de la LNH. À 6,5 millions $ par année, Price est présentement une véritable aubaine. Mais cette réalité changera. Présentement, Henrik Lundqvist empoche en moyenne 8,5 millions $ avec les Rangers de New York. Il y a fort à parier que Price ira chercher encore plus et peut-être même beaucoup plus.

Puis, à la fin de la présente saison, il faut s'attendre à ce qu'Alex Galchenyuk reçoive une augmentation de salaire significative. L'an dernier, il gagnait 2,5 millions $. Cette saison, c'est 3,1 millions $. Il voudra plus et il obtiendra davantage.

Et il ne faut pas oublier Alexander Radulov, qui sera à la recherche d'un contrat à long terme.

J'ajoute aussi le nom de Nathan Beaulieu à cette liste. Cet été, son contrat viendra à échéance. Il gagne 1 million $ par année. Ses demandes seront plus élevées.

Bref, Price, Galchenyuk, Radulov et Beaulieu gagneront plus d'argent, ce qui constituera un enjeu pour la masse salariale de l'équipe. Ce sera surtout le cas si le plafond salarial n'augmente pas davantage d'ici 2018. À moins que le directeur général, Marc Bergevin, ne sorte un lapin de son chapeau en parvenant à les convaincre d'empocher moins d'argent et en misant sur les succès à long terme de l'équipe. D'ailleurs, son homologue, Steve Yzerman, y est parvenu avec le Lightning avec les contrats de Steven Stamkos et de Nikita Kucherov.

D'importants éléments vieillissants

Alors, pourquoi les Canadiens n'ont-ils que deux ans pour gagner la coupe Stanley? Il y a aussi les raisons reliées à l'âge de certains joueurs.

Le premier nom qui me vient à l'esprit, c'est celui d'Andrei Markov. Âgé de 38 ans, Markov ne connaîtra pas du succès éternellement. On le lui souhaite, mais ce n'est pas la réalité. En 2018, pourra-t-il encore offrir le même rendement? Impossible de répondre à cette question.

SPO-MATCH CANADIENS DE MONTREAL VS RED WINGS DE DETROIT
Crédit photo : Andrew Knapik / Agence QMI

Je sais que certains vont aussi penser à Shea Weber, qui aura 32 ans la saison prochaine. Je peux comprendre vos inquiétudes, mais je refuse de croire que Weber est sur le déclin.

Et il y a aussi les raisons reliées au rendement des joueurs qui composent le noyau de l'équipe.

Max Pacioretty (27 ans), Radulov (30 ans), Weber (31 ans), Galchenyuk (22 ans), Jeff Petry (28 ans), Brendan Gallagher (24 ans), Andrew Shaw (25 ans), Alexei Emelin (30 ans) et Price (29 ans) sont tous dans leurs belles années. J'ai envie de dire qu'ils arrivent tous à maturité.

Bergevin est conscient de toutes les réalités que j'ai énumérées dans ce texte. C'est pour cette raison que je me pose souvent la même question : que fera le DG?

Sera-t-il tenté de porter le grand coup cette saison? La saison prochaine? Et s'il le fait, les autres équipes vont l'attendre de pied ferme. Sera-t-il prêt à échanger des choix de premier tour au repêchage? Voudra-t-il se départir de Mikhail Sergachev? De Michael McCarron? De Noah Juulsen?

Si Bergevin veut obtenir un autre joueur de centre et/ou un ailier offensif, ou s'il veut ajouter un autre défenseur, il devra donner de bons éléments en retour.

À moins que Bergevin n'endorme ses collègues comme il l'avait fait en obtenant Petry pour des choix de deuxième et de quatrième tour.

En résumé, je pense que les Canadiens arrivent à un moment important de leur histoire. Y aller ou ne pas y aller ? La dernière coupe Stanley remonte à 1993. Cela fait longtemps. La tentation est sûrement grande pour la direction.