FBN-SPO-NEW-ORLEANS-SAINTS-V-KANSAS-CITY-CHIEFS

Crédit : AFP

NFL

«C’est dur à digérer»

Publié | Mis à jour

Malgré une formidable saison, le parcours des Chiefs de Kansas City a pris fin dimanche soir face aux Steelers de Pittsburgh. Voilà qui fait réaliser de plus belle à Laurent Duvernay-Tardif à quel point le football est un sport cruel avec ses matchs de séries sans lendemain.

«Ce n’est jamais facile de perdre, surtout quand tu réalises que la saison est terminée et que tous les efforts que tu investis dans chaque match en viennent à un troisième essai que l’autre équipe parvient à convertir pour ensuite gagner en mettant le genou au sol.

«C’est difficile de remercier les partisans en réalisant que tout est fini. En même temps, à un certain moment, ce sera derrière nous. C’est dur à digérer, mais c’est terminé», a résumé le garde québécois lors d’une conférence téléphonique au lendemain de l’élimination sans appel des siens.

Un scénario frustrant

S’il ne fait aucun doute que les Steelers ont dominé la rencontre au chapitre de la production offensive et du temps de possession, les Chiefs ont cependant de quoi avaler la pilule de travers. Ils ont dû s’avouer vaincus même s’ils ont inscrit deux touchés, contre aucun pour les Steelers, qui se sont contentés de six bottés de placement.

«Notre défensive a vraiment bien joué en étant capable d’empêcher une excellente offensive et d’inscrire un touché. C’est ce qui rend les choses encore plus dures à accepter, parce qu’en tant qu’attaque, on sait qu’on aurait dû être en mesure de gagner ce match pour notre équipe», a expliqué l’ancien des Redmen de McGill.

Au final, les Chiefs n’auront amassé que 227 verges à l’attaque, en plus de convertir seulement deux situations de troisièmes essais en neuf tentatives. Deux revirements et six pénalités les ont aussi coulés. Ils n’ont obtenu que 61 verges au sol en 14 maigres courses.

«C’est tout ça qui me déçoit le plus quand je repense à la partie», a soupiré Duvernay-Tardif

Pas de controverse

En fin de rencontre, plusieurs se sont offusqués du fait que les officiels aient décerné une pénalité pour avoir retenu au bloqueur Eric

Fischer sur une tentative de converti de deux points des Chiefs qui aurait permis de niveler la marque.

L’ailier rapproché Travis Kelce s’est même permis une tirade en règle sur l’arbitrage, un point de vue que ne partage pas forcément Duvernay-Tardif.

«Les Steelers méritaient de gagner le match. Ils ont été capables de courir avec Le’Veon Bell et la ligne offensive qui ont fait un excellent travail. C’est plus là que la partie s’est jouée qu’au niveau des pénalités. On peut toujours se demander si c’est légitime d’appeler une retenue en fin de match sur un converti de deux points que l’on a réussi, mais je n’ai pas vu la séquence vidéo. Je ne veux pas m’embarquer dans ce débat parce qu’en fin de compte, cette partie aurait pu être scellée avant. Il y a des choses que nous étions en mesure de contrôler et que l’on n’a pas contrôlées», a-t-il analysé.