Patinage

S’arrêter pour mieux repartir

Publié | Mis à jour

À l’aube du championnat canadien de patinage de vitesse courte piste, le cheminement de la jeune patineuse Kim Boutin retient l’attention, elle qui s’est accordée une pause de six mois pour mieux revenir à la compétition.

«J’ai progressé assez rapidement sur le circuit national et international. Et un moment donné, on oublie qui on est ou qui on a envie d’être», raconte-t-elle.

Visionnez le reportage dans la vidéo ci-dessus.

Tout allait donc pour le mieux lorsque Kim a été victime d’un surménage professionnel.

«Elle était fatiguée et à bout. C'est quelqu’un de super enjoué et l’année passée, c’était différent», explique Samuel Bélanger Marceau, son coéquipier dans l’équipe canadienne.

L’athlète originaire de Sherbrooke a donc décidé d’accrocher ses patins pour une période de six mois afin de se ressourcer tant au niveau  physique que mental : un répit qui lui a redonné le goût de ressauter sur la glace.

«Maintenant que la base est solide,  je peux foncer dans ce que j’aime», conclut-elle.

Remises en question

«Les petites filles sont jeunes et elles ont des remises en question, a commenté la vétérane Marianne St-Gelais, lorsque questionnée sur le sujet. J’ai l’impression que nous, nous n’avions peut-être pas ça dans le temps. Dans mon cas, quand je suis arrivée ici à 17 ans, c’était clair que je faisais du patin, que ma vie professionnelle allait être différente, que mon école allait prendre un peu le bord, mais je négociais bien avec ça.»

«Il y a clairement quelque chose en ce moment avec les jeunes qui arrivent. Il y a un combat plus difficile qu’elles se livrent et elles sont très exigeantes envers elles-mêmes. C’est normal d’avoir des rechutes, car elles ne sont plus sûres qu’elles font la bonne affaire.»