Félix Séguin

Et si Emelin restait avec Weber?

Et si Emelin restait avec Weber?

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 19 décembre 2016
Mis à jour 19 décembre 2016

Lorsque les Canadiens de Montréal ont fait l'acquisition de Shea Weber, on se demandait quel défenseur du Tricolore allait évoluer à ses côtés.

Parce que jouer avec Weber voulait dire jouer beaucoup de minutes par match et faire face aux meilleurs éléments offensifs des équipes adverses, soir après soir.

On a pensé à Andrei Markov, mais on comprenait que les Canadiens cherchaient à diminuer le temps de glace du no 79.

Lors du camp d'entraînement, le droitier Jeff Petry a joué à la gauche de Weber, mais l'expérience n'a pas duré.

Puis, Michel Therrien a décidé de faire confiance à Nathan Beaulieu. Après le cinquième match de la saison régulière, l'entraîneur-chef des Canadiens a changé son fusil d'épaule.

Il a décidé de jumeler Alexei Emelin à Weber. Vraiment? Plusieurs étaient étonnés. Parce que souvenez-vous, certains avaient questionné l'importance et la qualité du jeu du défenseur russe au sein de la brigade défensive montréalaise.

On le voyait davantage comme un quatrième, un cinquième ou un sixième défenseur, mais pas comme le défenseur pouvant jouer sur une base régulière avec l'un des meilleurs arrières de la LNH.

Cependant, il faut reconnaître que la décision de jumeler Emelin à Weber s'avère, jusqu'ici, judicieuse.

Weber et Emelin jouent ensemble depuis le 24 octobre. En 26 parties avec Weber, Emelin a récolté trois passes, présenté une fiche de +8 et a joué en moyenne 22 min 1 s par match.

Mais au-delà des statistiques, le no 74 des Canadiens joue avec confiance, conviction et distribue de nombreuses mises en échec. Plusieurs sont percutantes. Parlez-en à Joe Colborne, à David Pastrnak ou à Brad Marchand qui ont tous goûté à la médecine d'Emelin dernièrement. D'ailleurs, il occupe le troisième rang à ce chapitre dans la LNH avec 114 mises en échec.

Avec la mi-saison qui approche dans le circuit Bettman, Emelin s'est donné plusieurs arguments qui pourraient lui permettre de faire un bon bout de chemin aux côtés de Weber.

D'ailleurs, les deux forment certainement l'un des duos de défenseurs les plus robustes de la LNH. Il faut aussi reconnaître que nous avons rarement vu le premier duo de défenseurs des Canadiens bousculer autant les joueurs de l'équipe adverse.

Si on pensait en début de saison que la Sainte-Flanelle devait effectuer une transaction pour acquérir un défenseur capable de jouer avec Weber, nous devons avouer que cette question est moins existentielle.

Mais la question qui sera de plus en plus intéressante, en raison du jeu d'Emelin, est la suivante: est-ce que les Canadiens protégeront le Russe lors du prochain repêchage d'expansion?

À voir dans la vidéo ci-dessus : la mise en échec d'Emelin en fin de match contre l'Avalanche du Colorado.