Canadiens de Montréal

Les rois de la montagne

Agence QMI / Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Six buts en première période, quatre buts pour Max Pacioretty, un premier match de deux buts dans la Ligue nationale de hockey (LNH) pour Brian Flynn, quatre aides pour Tomas Plekanec et une soirée misérable pour Calvin Pickard, Semyon Varlamov et l’Avalanche du Colorado.

Ce sont les grandes lignes d’une victoire écrasante de 10-1 du Canadien de Montréal contre l’Avalanche, samedi, au Centre Bell.

La rencontre était présentée en direct sur les ondes de TVA Sports.

À voir: Sommaire

Alexei Emelin sonne les cloches de Joe Colborne

Et de quatre pour Pacioretty

Un neuvième avec un dixième de seconde au cadran

Chapeau Pacioretty!

Touché Canadiens!

Le deuxième de Flynn

Deux buts rapides Pacio et Byron

«Tu veux respecter tes rivaux et tu dois rester humble lors d’un tel match, a dit Pacioretty. Un match ne définit pas ton équipe. Il n’y a pas longtemps, c’est nous qui étions de l’autre côté de la clôture à Columbus.»

Déjà qu’il se retrouvait à l’aile droite du quatrième trio en début de rencontre, Jarome Iginla cherchera à oublier à tout jamais son 1500e match dans la LNH.

Le 11 août dernier, Patrick Roy avait surpris la planète hockey en remettant sa démission comme entraîneur en chef de l’Avalanche, justifiant sa décision par une différence de philosophie avec Joe Sakic et le reste de l’organisation. À la lumière de cette rencontre, Roy a quitté le navire au bon moment.

Gagnant de la coupe Calder avec les Monsters du Lake Erie, le club-école des Blue Jackets de Columbus, Jared Bednar a hérité d’une équipe minable défensivement. À moins qu’il ne parvienne pas à faire passer son plan de match.

Calvin Pickard a été remplacé après seulement 7 min 12 s en première période. Flynn, Pacioretty et Artturi Lehkonen l’ont déjoué trois fois sur 10 tirs.

En relève, Varlamov a subi le même traitement. Le Russe a lui aussi accordé trois buts avant la fin du premier tiers, cette fois à Pacioretty, Paul Byron et Flynn.

Le CH n’avait pas marqué six buts en une seule période depuis le 17 décembre 1992. C’était dans un gain de 8-2 contre les ancêtres de l’Avalanche, les Nordiques de Québec.

Une première depuis Eller

Si on se souvient encore du massacre de 10-0 contre les Blue Jackets du 4 novembre à Columbus, les images de la dernière soirée de 10 buts pour les «Glorieux» remontaient à loin. C’était à l’époque du Forum. Le 14 février 1990, le CH l’avait emporté 10-1 contre les ­Canucks de Vancouver.

Critiqué pour son lent début de saison, Pacioretty a retrouvé sa touche depuis qu’il joue au sein du même trio qu’Alexander Radulov. Le capitaine a connu une soirée du tonnerre face à l’Avalanche avec quatre buts et une passe.

Avant le numéro 67, Lars Eller était le dernier joueur du CH qui avait connu une rencontre de quatre buts. Le Danois, qui porte maintenant les couleurs des Capitals de Washington, avait réalisé cet exploit contre les Jets de Winnipeg le 4 janvier 2012.

Avec maintenant 12 buts en 28 matchs, Pacioretty est en route pour une saison de 35 buts. C’est exactement dans sa moyenne.

De l’attaque à revendre

À ses deux premiers matchs sans Alex Galchenyuk et David Desharnais, le Canadien a signé deux victoires, marquant au passage pas moins de 15 buts! C’est vrai que les Devils et l’Avalanche n’appartiennent pas à la catégorie des puissances du circuit, mais c’est tout de même très impressionnant.

Therrien a eu la main heureuse avec ses nouvelles combinaisons à l’attaque. Depuis la visite à St. Louis, Plekanec a élevé son jeu d’un cran et il suit le rythme au centre de Pacioretty et de Radulov. Les trois autres trios offrent, du moins pour l’instant, un très bon équilibre.

«C’est gros pour la confiance de Max, mais aussi celle de Pleky, a affirmé Therrien. Ils jouent du très bon hockey avec Radulov.»

Dans les prochaines heures, la machine à rumeurs se calmera pour l’obtention d’un gros joueur de centre. Mitchell, Phillip Danault et Flynn permettront à Marc Bergevin d’être patient. Et il y a aussi Michael McCarron qui attendait son tour sur la passerelle de presse.

Contrairement à Therrien avec Al Montoya lors de la dégelée contre les Blue Jackets, Bednar a joué à la chaise musicale avec ses gardiens. Il a réinséré Pickard pour le début de la troisième période.

Blake Comeau a marqué l’unique but de l’Avalanche. Carey Price n’a pratiquement pas transpiré et il n’a pas eu à se fâcher en ne faisant face qu’à 16 tirs.