Cape Breton
Screaming Eagles
VS
Blainville/Boisbriand Armada

Crédit : MARTIN ALARIE/AGENCE QMI

LHJMQ

Pas de place au tourisme pour Pierre-Luc Dubois

Agence QMI / Olivier Therriault

Publié | Mis à jour

L’espoir des Blue Jackets de Columbus Pierre-Luc Dubois n’a pas l’intention de jouer au touriste cette semaine au Saguenay et à Baie-Comeau, lors de la série Canada-Russie CIBC.

Retranché l’an dernier pendant le camp d’entraînement, Dubois vivra cette fois le championnat mondial junior en tant que l’une des principales têtes d’affiche du Canada. Chaque victoire de la feuille d’érable augmentera l’attention médiatique sur lui, surtout avec la ronde des médailles présentée au Centre Bell.

Or, malgré un contrat de la Ligue nationale de hockey (LNH) en poche, l’attaquant des Screaming Eagles du Cap Breton appréhende la série Canada-Russie comme n’importe quel joueur recrue qui ne souhaite pas passer le temps des Fêtes en famille. Pas question pour lui de s’imaginer avec le chandail rouge sur le dos, ni même l’or au cou à un peu plus d’un mois du tournoi.

«Les matchs contre les Russes sont la première étape. Leur équipe semble excellente avec ce qu’ils ont démontré jusqu’à maintenant», a indiqué l’athlète de 18 ans.

«Le championnat mondial a une saveur particulière parce qu’il est présenté à Toronto et à Montréal. Tout le monde est prêt à se battre pour jouer pour le Canada et vivre cette expérience unique. Personne ne manquera de motivation».

Un coup de poignard en plein cœur

S’il ne peut pas nier que son renvoi dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) lui a fait aussi mal qu’un coup de poignard en plein cœur, Pierre-Luc Dubois dit mieux comprendre les raisons qui ont mené l’état-major des Blue Jackets à lui faire vivre une dernière saison dans le circuit Courteau.

«Chaque équipe possède sa propre mentalité sur les joueurs de 18 ans. Certaines font confiance à leurs jeunes rapidement et d’autres, comme les Red Wings, font graduer des joueurs à 22 ou 23 ans. Ce n’est pas facile de ravir le poste d’un vétéran âgé de 30 ou 32 ans. Tu dois arracher le pain d’un professionnel possédant plusieurs années d’expérience. Ce qui m’encourage, c’est que les recruteurs me suivent chaque semaine. Ils m’envoient des séquences vidéo pour s’assurer de ma progression. Je joue 20 minutes par match dans le junior et je continue de gagner en maturité», a estimé le jeune homme de Sainte-Agathe-des-Monts.

Un échange à prévoir

Même s’il refuse de discuter de cette possibilité, Dubois sait fort bien que sa valeur sur le marché des transactions équivaut à une véritable fortune pour les aspirants aux grands honneurs dans la LHJMQ. L’athlète de 18 ans a déjà amassé 11 points (4-7) en 13 matchs depuis son retour en Nouvelle-Écosse.

«Marc-André (Dumont directeur général des Screaming Eagles) prendra cette décision au moment opportun. Il y a encore beaucoup de points à aller chercher dans le classement d’ici-là. Peu importe l’endroit, je veux gagner et jouer au meilleur de ma capacité. Columbus m’a demandé de m’améliorer et je le ferais à n’importe quel endroit», a expliqué l’espoir des Blue Jackets.