ALCS - Cleveland Indians v Toronto Blue Jays - Game Three

Crédit : AFP

Denis Casavant

Le destin de Terry Francona

Le destin de Terry Francona

Denis Casavant

Publié 24 octobre 2016
Mis à jour 24 octobre 2016

En juin 1980, les Expos de Montréal avaient le 22e choix en première ronde et ils avaient sélectionné un jeune voltigeur de l'Université de l'Arizona, Terry Francona.

Frappeur gaucher, Francona était le fils d'un ancien joueur des ligues majeures, Tito, qui avait connu une carrière de 15 saisons.

Curieusement, lors de ce même repêchage, juste après les Expos au 23e rang, les Mets de New York avaient opté pour le voltigeur Billy Beane, maintenant directeur général des Athletics d'Oakland. C'est ce même Beane qui a inspiré le film Moneyball mettant en vedette Brad Pitt dans le rôle du DG avant-gardiste.

Puis, au 24e échelon, les Mets avaient réclamé cette fois le receveur John Gibbons. Oui, ce même Gibbons qui dirige aujourd'hui les Blue Jays de Toronto. Immédiatement après sa mise sous contrat, Francona s'était joint au club-école AA des Expos à Memphis. Moins d'un an plus tard, il faisait ses débuts dans les majeures en pleine course au championnat.

D'ailleurs, c'est lui qui avait capté le ballon pour le dernier retrait au stade Shea de New York lorsque les Expos avaient remporté le titre de champion de la deuxième moitié afin d'accéder aux séries pour la première fois de leur histoire.

Crédit photo : Getty

La saison suivante, Francona a dû attendre jusqu'à la mi-mai avant d'obtenir la chance de jouer sur une base régulière. Mais une fois que le gérant Jim Fanning lui avait fait signe, le voltigeur de gauche en avait profité. Il avait frappé en lieu sûr 22 fois en 26 matchs, maintenant une moyenne au bâton de ,340. Le 16 juin lors d'un match à St. Louis, sa saison avait pris fin lorsqu'il avait subi une sérieuse blessure au genou gauche en sautant à la piste d'avertissement du Busch Stadium.

Deux ans plus tard, Francona était de retour en grande forme et il avait mérité le poste de premier-but régulier de l'équipe au camp d'entraînement alors que les Expos avaient échangé l'excellent Al Oliver aux Giants de San Francisco. Après 38 matchs, il frappait pour ,400.

Mais encore une fois, sa saison allait prendre fin beaucoup trop rapidement. Après avoir frappé un faible roulant, Francona avait tenté d'éviter le gant du lanceur John Tudor en se rendant au premier coussin et il avait subi une autre sérieuse blessure qui mettait fin à sa campagne. Cette fois, c'était une déchirure du genou droit. Francona était un frappeur naturel, un frappeur de balles en flèche avec très peu de puissance. Il était voué à une brillante carrière, mais ces deux blessures avant l'âge de 26 ans ont changé son destin.

Si la guigne s'est acharnée sur Francona en début de carrière, on peut dire que la chance lui sourit depuis qu'il est gérant. Sa deuxième carrière s'est amorcée dans l'organisation des White Sox de Chicago, où il a eu le privilège de diriger la légende de la NBA Michael Jordan à Birmingham au niveau AA en 1994. Il a ensuite remporté deux Séries mondiales à Boston, dont celle de 2004, la première conquête des Red Sox depuis 1918. À compter de lundi, l'ancien premier choix tentera de mettre fin à une autre longue disette alors que les Indians de Cleveland n'ont pas remporté la Série mondiale depuis 1948.