Crédit : AFP

LNH

Toronto : cimetière de gardiens!

Toronto : cimetière de gardiens!

Michel Godbout

Publié 18 octobre 2016
Mis à jour 18 octobre 2016

En préparant mon premier match de la saison entre Calgary et Edmonton, je regardais d'un œil attentif celui opposant Toronto à Ottawa.

Très curieux étais-je d'observer Auston Matthews, mais surtout de voir si Frederik Andersen s'avère LA solution que recherchaient les Leafs devant leur filet.

Le match a été spectaculaire. Spectaculaire à l'attaque, j'entends!

La performance de quatre buts de Matthews aurait normalement dû suffire pour permettre à Toronto de vaincre ses rivaux provinciaux.

J'insiste sur le mot NORMALEMENT!

Car, comme c'est le cas depuis des décennies à Toronto, le gardien n'a su fermer la porte aux moments opportuns.

Pourtant tous les espoirs étaient permis cet été lorsque les Leafs ont acquis Andersen.

Le Danois a cumulé une fiche très respectable à Anaheim en peu de matchs (125 matchs, pourcentage d'efficacité de ,918 et un trophée Jennings).

Doté d'une bonne technique, il possède tous les atouts d'un gardien moderne.  De plus, à 6pi 4po, 230 livres, il occupe passablement d'immobilier devant le filet.

Au «cimetière des gardiens»?

En sa défense il faut dire qu'il se remet d'une blessure subie à l'aube de la Coupe du monde de hockey, mais il y a quand même des limites. 

Vous vous souvenez du but accordé à Michael McCarron en match préparatoire? Ça n'a guère été mieux contre Ottawa.

La question qui se pose est celle-ci : Andersen finira-t-il lui aussi au cimetière des gardiens des Leafs?  Le dernier à s'être fait inhumé est Jonathan Bernier. D'autres cas : James Reimer n'a jamais pu s'établir, tout comme Jonas Gustavsson, Vesa Toskala, Andrew Raycroft, Trevor Kidd, Damian Rhodes, Ben Scrivens et la liste se poursuit.... Bref le cimetière est à ras bord!

Avec autant de talent qui est passé par Toronto, il faut se demander ce que cette organisation fait à ses gardiens? Les équipes n'ont pas été fortes devant ces portiers mal-aimés, mais en retour les gardiens ont rarement inspiré leurs coéquipiers.

Il y a bien eu quelques cerbères qui ont su bifurquer du cimetière: Ed Belfour, Curtis Joseph, Félix Potvin aussi.

Du temps ou François Allaire y était entraîneur des gardiens, l'expérience avait tourné au vinaigre, m'avait-il dit, parce qu'on ne lui laissait pas la liberté de travailler adéquatement. 

Imaginez!  François Allaire LA référence en matière de gardiens, fort de 2 Coupes Stanley avec un certain Roy et Giguère, on ne lui faisait pas confiance!

Andersen a connu un bien meilleur match samedi contre Boston, méritant la première étoile.

J'espère sincèrement qu’il continue dans la même veine et qu’il évite le sort de la plupart de ses prédécesseurs.  Sans quoi, on devra agrandir le cimetière....un peu à l'image de ce qui se fait à Philadelphie .... On en parlera éventuellement!