Coupe du monde de hockey

#CMH2016 : dans les griffes de Jonathan Toews

Agence QMI / Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

Équipe Europe tentera jeudi soir d’accomplir la première étape de sa mission impossible. Pour ce faire, elle aura besoin d’une contribution autre que celle de Tomas Tatar.

Meilleur pointeur des Kings de Los Angeles, la saison dernière, avec une récolte de 74 points, dont 25 buts, Anze Kopitar n’a toujours pas touché la cible depuis le début du tournoi.

Face au Canada, la tâche est d’autant plus ardue qu’il doit faire continuellement face à Jonathan Toews, l’un des joueurs les plus solides du circuit Bettman.

«Je le connais depuis qu’il est adolescent. C’est fascinant de constater à quel point il est complet. C’est un joueur en qui on peut avoir une confiance absolue dans toutes les situations, comme Anze Kopitar, a déclaré l’entraîneur des Européens, Ralph Krueger. C’est difficile pour un entraîneur de ne pas être tenté de l’utiliser au-delà de 20 minutes, surtout quand le match est sur la ligne.»

Rester méfiant

L’autre difficulté qu’amène une confrontation avec Toews est la capacité de celui-ci de remplir le filet adverse tout en se concentrant sur ses tâches défensives.

«Ce n’est pas un secret que Jonathan est d’une grande efficacité dans les deux sens de la patinoire. Tu as beau vouloir le battre sur le plan offensif, tu dois quand même demeurer sur tes gardes», a expliqué Kopitar, récipiendaire du trophée Frank-Selke, justement remis au meilleur attaquant défensif de la Ligue nationale.

Au moins, jeudi soir, Krueger aura le loisir de miser sur le dernier changement. Il lui sera plus facile de sortir le Slovène des pattes du Franco-Manitobain.

Motivés et prêts

Du côté canadien, on tentera, évidemment, d’en terminer. Une chose est certaine : on ne risque pas d’assister au même relâchement que lors du premier affrontement de cette finale.

«Ils [les Européens] vont certainement disputer leur meilleur match. Leur niveau de désespoir sera au plus haut, a déclaré Sidney Crosby. Cette réalité devrait nous servir de motivation et nous forcer à être prêts.»

Les Canadiens ont compris la leçon.

Par ailleurs, Babcock a indiqué qu’il n’apporterait aucune modification à sa formation. C’est donc dire que Claude Giroux et Jake Muzzin regarderont de nouveau la rencontre depuis la passerelle.