Coupe du monde de hockey

#CMH2016 : le dilemme d’Équipe Europe

Publié | Mis à jour

Équipe Europe s’est bien défendue lors du premier match de la finale de la Coupe du monde de hockey, mardi, mais elle a commis des revirements qui lui ont coûté la victoire contre le Canada.

La troupe de Ralph Krueger se retrouve maintenant devant un dilemme en prévision de l’affrontement de jeudi soir: comment créer de l’attaque sans prendre trop de risques?

Voyez le reportage de Marc-André Perreault ci-dessus. 

L’entraîneur d’Équipe Europe croit que ses ouailles doivent faire attention à quelques détails sans pour autant changer leur façon de jouer.

«Il faut s’assurer de minimiser les revirements en zone neutre qui peuvent être coûteux contre le Canada. Il n’y a pas un pays qui a une meilleure finition, a souligné Krueger, mercredi. Toutefois, nous disputerons la deuxième rencontre sans être animés par la peur de faire des erreurs.»

«Nous allons foncer tête première. Il y a plusieurs situations de match mardi où nous avons été capables rivaliser avec nos adversaires.»

Il a salué l’ardeur au travail de sa formation.

«Nous jouons du hockey courageux, a-t-il ajouté. Nous n’avons pas mis sur pied un système ennuyant où nous nous assoyons patiemment en attendant les ouvertures.»

«On essaie de rivaliser, de mériter la victoire en jouant et en utilisant nos habiletés.» - Ralph Krueger

Ses propos ont été corroborés par Dennis Seidenberg, l’un des héros obscurs de sa formation jusqu’à maintenant.

«On ne doit pas trop dévier de ce que nous avons fait durant la première partie, a-t-il mentionné. On a eu du temps de possession de rondelle en territoire offensif et cela a mené à des chances de marquer.»

«Par contre, il faudrait être capable de provoquer d’autres occasions à partir de celle-ci.»

De meilleures sorties de zone

Le vétéran Christian Ehrhoff est d’avis qu’une partie de la solution passe par une meilleure cohésion en zone défensive.

«On doit tenter de sortir de notre territoire de façon plus efficace», a émis celui qui n’a toujours pas de contrat de la Ligue nationale pour la prochaine saison.

«De cette façon, on aura plus d’occasions de se porter en attaque et d’être créatif en zone adverse. Lors du premier match, on a eu de bonnes occasions de marquer, mais on doit créer plus de circulation devant le filet canadien.»

Ils n’ont pas baissé les bras

Même si la pente sera difficile à remonter, les joueurs européens ont le sentiment qu’ils ont encore une chance de gagner cette courte série.

«Tout le monde est arrivé à la patinoire avec une nouvelle mentalité ce matin [mercredi], a affirmé Zdeno Chara. On a subi une défaite dure à avaler après avoir disputé un bon match.»

«Tu dois toujours croire en tes chances, tout en ayant la bonne approche pour le match suivant. On va se concentrer sur celui de demain [jeudi] et tout donner quand on sera sur la glace.»

Pas question pour les représentants d’Équipe Europe de simplement rivaliser contre le Canada.

«On ne peut pas regarder une confrontation de cette façon, a dit Seidenberg. On se concentre sur notre équipe et sur ce qu’on doit faire pour connaître du succès.»

«Ils misent sur les meilleurs joueurs au monde et on doit se concentrer sur notre système et trouver une façon de les frustrer.»