Coupe du monde de hockey

#CMH2016 : la 1re mission accomplie

Agence QMI / Mathieu Boulay 

Publié | Mis à jour

Le Canada a signé une victoire sans panache, mardi, lors du premier match de la finale de la Coupe du monde de hockey.

Les hommes de Mike Babcock ont livré une prestation inégale, mais ils sont tout de même parvenus à signer un gain de 3-1 contre Équipe Europe devant plusieurs sièges vides au Air Canada Centre.

À VOIR :

BUT | Un but qui soulage

BUT | Tatar redonne espoir à l'Europe

BUT | Enfin, le 1er but de Stamkos!

BUT | Le but de l'homme à 49 millions $

VIDÉO | Doughty DÉMOLIT Nielsen

Ce ne fut pas aussi facile qu’on l’avait prédit. Après un bon départ, la formation canadienne a levé le pied et ses adversaires européens lui ont donné du fil à retordre.

Ceux-ci n’ont jamais abandonné malgré des moments difficiles en première période. Ils n’ont pas été surclassés comme on s’y attendait depuis l’annonce de leur participation à la finale.

Encore le premier trio

Comme ce fut le cas depuis le début du tournoi, c’est le trio composé de Sidney Crosby, de Brad Marchand et de Patrice Bergeron qui a transporté l’équipe canadienne sur ses épaules.

Il a produit deux des trois buts du Canada: celui qui a donné le ton au match et celui qui a permis à sa formation de respirer plus confortablement en fin de rencontre.

Marchand a ouvert la marque en complétant la mise en scène parfaite de Bergeron lors de la première descente canadienne en zone offensive de la soirée.

Puis, ce fut au tour de Crosby de laisser parler son talent. Après avoir remporté une belle bataille derrière le filet adverse, l’attaquant des Penguins de Pittsburgh a repéré dans l’enclave Bergeron, qui a dégainé pour battre Halak.

Beau duel entre Price et Halak

Si le Canada a été en mesure de prendre les devants dans cette série 2 de 3, elle le doit en partie au gardien Carey Price.

Il a été égal à lui-même et il a effectué les arrêts clés quand la situation le demandait.

Price a surtout dû se signaler en deuxième période pendant que ses coéquipiers manquaient de cohésion devant lui. Durant cette séquence, il a notamment stoppé le défenseur Andrej Sekera, qui s’était présenté seul devant lui.

Toutefois, il faut préciser que ses défenseurs l’ont aidé à avoir une bonne vision de la rondelle durant toute la soirée. Dans ces conditions, le natif d’Anahim Lake est très dur à battre.

De son côté, Halak n’a pas grand-chose à se reprocher. Il a été battu par des jeux parfaits sur lesquels il ne pouvait rien faire.

Le Slovaque a encore permis à son équipe de demeurer dans le match et d’éviter l’affront d’une défaite cinglante. Il a repoussé 35 des 38 tirs dirigés vers lui.

Départ canon

Équipe Europe a connu quelques moments intéressants dans les premières minutes de la rencontre, mais le talent du Canada est rapidement revenu à la surface.

Après le but de Marchand, les locaux ont doublé leur avance lorsque Steven Stamkos a reçu une passe parfaite de Ryan Getzlaf alors qu’il se trouvait à l’embouchure du filet.