Coupe du monde de hockey

#CMH2016 : un gros défi pour les Russes

Publié | Mis à jour

Les joueurs et les entraîneurs de la Russie savent qu’ils auront fort à faire pour l’emporter contre le Canada, samedi soir, au Air Canada Centre.

«Ce sera un très gros défi pour nous, a lancé sans détour le gardien Sergei Bobrosky. Ils (le Canada) ont plusieurs joueurs de talent et ce sera un duel très intéressant.

«Comme on le sait, il existe une grande rivalité entre nos deux pays. On n’a pas besoin d’en dire plus.»

Son coéquipier Andrei Markov a abondé dans le même sens.

«Ce ne sera pas facile, a souligné le défenseur du Canadien. Je m’attends à un match où l’émotion sera à son comble et je prévois que la foule sera de notre côté.»

Cette dernière affirmation, sur fond de sarcasme, a bien fait rire les journalistes qui lui ont rappelé qu’il possédait également sa citoyenneté canadienne.

Par la suite, Markov a paru agacé devant les nombreuses questions au sujet de ses coéquipiers.

«Ce n’est pas une question d’un, deux ou trois joueurs, a-t-il affirmé. Ils sont tous importants et on devra se serrer les coudes pour l’emporter contre le Canada.»

Moins de pression?

Il n’y a pas de doute que toute la pression sera sur la formation canadienne en raison de la foule qui aura de grandes attentes envers leurs favoris. Et ça pourrait être un léger avantage pour les Russes.

«Il devrait y avoir une atmosphère incroyable dans l’aréna, a souligné Bobrosky. On est bien au courant que l’appui des amateurs pourrait leur procurer une petite dose d’énergie supplémentaire.

«De notre côté, c’est un défi intéressant de disputer un match aussi important alors que les amateurs sont en grande majorité contre nous.»

Toutefois, son défenseur Nikita Zaitsev a rappelé que les deux équipes auront une pression similaire.

«Quand tu représentes la Russie sur la scène internationale, il y en a à tous les tournois (de la pression), a-t-il ajouté. Nos dirigeants souhaitent toujours gagner l’or et rien d’autre.»

Un match différent

La Russie et le Canada ont croisé le fer lors du calendrier préparatoire et la formation canadienne avait eu le dessus en prolongation.

Selon Zaitsev, il ne faut pas se fier à ce résultat.

«Ce sera un match différent de celui qu’on a disputé à Pittsburgh, a-t-il mentionné. On doit oublier ce qui s’est passé lors de cette rencontre et nous concentrer sur celle de demain. C’est sûr que les deux matchs ne se ressembleront pas. L’enjeu ne sera surtout pas le même.»

Pour sa part, Bobrovsky a indiqué que les patineurs russes tiennent leurs bâtons moins serrés en comparaison avec leur déconfiture aux Jeux de Sotchi.

«On est plus détendus et on a plus de plaisir ensemble, a-t-il affirmé. On est plus disciplinés tout en travaillant plus fort.»

Il croit que son équipe n’a pas besoin de beaucoup de choses pour être efficace contre le Canada.

«On doit demeurer concentré et vivre le moment présent. On doit simplement faire du mieux que l’on peut, a-t-il déclaré. On sera tous prêts.»