Coupe du monde de hockey

#CMH2016 : éviter le piège d’Équipe Europe

Publié | Mis à jour

Quand une formation n’a rien à perdre, c’est à ce moment qu’elle peut être dangereuse. C’est ce que se disent les joueurs de la Suède au sujet de leurs rivaux en demi-finale de la Coupe du Monde: Équipe Europe.

Les troupiers de Rikard Gronbord ont refusé de pêcher par excès de confiance lorsqu’ils ont rencontré les médias vendredi en prévision de leur partie de dimanche après-midi.

«Plusieurs observateurs sont surpris de voir Équipe Europe en demi-finale, mais ce n’est pas mon cas, a affirmé Daniel Sedin, vendredi. On va surtout tenter de ne pas l’être lorsqu’on les affrontera.»

«C’est ce qui est amusant de la formule de ce tournoi qui est de courte durée, a ajouté Patric Hornqvist. Si tu es sur une lancée, tu peux te qualifier pour la phase éliminatoire et ce fut le cas pour nos deux équipes.

«Il ne faut pas les prendre à la légère. On est des professionnels et on participe à la demi-finale de la Coupe du Monde. On a une opportunité intéressante devant nous et il faut la saisir.»

Sedin estime qu’Équipe Europe a beaucoup de talent à l’attaque et à la défense.

«Ils ont de la rapidité et leurs défenseurs sont très intelligents, a louangé l’attaquant des Canucks de Vancouver. Il ne faut pas oublier le brio de Jaroslav Halak qui a excellé devant sa cage.»

Déranger Halak

S’ils souhaitent obtenir leur billet pour la finale, les patineurs suédois devront nuire au travail de Halak pendant la rencontre.

«À l’instar de tous les gardiens, je crois qu’il faut que tu l’empêches de bien voir la rondelle, a expliqué Sedin. Pour le faire, on doit placer au moins deux joueurs devant lui.

«De cette façon, il aura plus de difficulté à apercevoir ce qui se passe. Je sais qu’on devra souffrir pour s’approcher de lui, car ils ont des défenseurs imposants et qui sont physiques.»

On l’a vu dans le passé, Halak est moins efficace quand il doit composer avec de la circulation lourde en raison de son gabarit (5 pieds 11 pouces et 180 lb).

La bataille des revirements

La formation suédoise est consciente aussi qu’elle devra éviter les revirements à tout prix dans les trois zones.

«Les Européens jouent de la même façon depuis le début du tournoi, a-t-il analysé. Ils sont patients et ils attendent que leurs adversaires commettent des erreurs. Ils créent de l’offensive grâce à cela. On devra être prudents et respecter leurs attaquants qui sont très rapides.»

En parlant de cette façon, il s’adressait aux défenseurs de son équipe, comme Erik Karlsson et Oliver Ekman-Larsson, qui aiment bien soutenir l’attaque.

On verra si ceux-ci seront en mesure d’être juste assez disciplinés pour permettre à leur formation de l’emporter.