Patrice Drouin

Crédit : Michel Desbiens/AGENCE QMI

Ski et planche

Le ski acrobatique au Jamboree

Publié | Mis à jour

Les épreuves de big air et de slopestyle de la Coupe du monde de ski acrobatique s’ajouteront aux compétitions de snowboard dans le cadre du Jamboree, à Québec et Stoneham, du 9 au 12 février.

Présentées depuis deux ans en formule démonstration pour mettre la table, ces disciplines feront officiellement partie d’un programme chargé qui comportera huit épreuves de Coupe du monde, chez les hommes et les dames.

Ce sera la première fois que des compétitions de big air et de slopestyle seront disputées au Canada en combiné, à la fois en snowboard et en ski alpin. À travers le monde, Québec deviendra l’un des quatre arrêts à présenter le combiné.

«On attendait l’opportunité de pouvoir présenter une Coupe du monde en ski et on s’en est assuré cette année. Nous sommes très contents d’amorcer une nouvelle ère pour plusieurs années à venir», a souligné le président de Gestev, Patrice Drouin, au sujet de cette 18e présentation de l’événement.

Athlètes de renom

Puisqu’il s’agit d’une année préolympique, le Jamboree pourrait attirer les plus grands noms de la planète. D’ailleurs, Gestev s’attend à savoir dans les semaines à venir si le passage à Québec servira de qualification olympique, ce qui rehausserait encore le calibre.

«C’est important d’avoir les meilleurs à nos compétitions, c’est toujours un défi. On a refait des efforts auprès de la FIS [Fédération internationale de ski] pour bien se positionner et éviter les conflits d’horaire.»

«Le ski acrobatique est un sport émergent avec des athlètes canadiens qui sont très performants sur la scène internationale. On a tout intérêt à s’y coller», a mentionné Drouin.

Athlètes comblés

Des athlètes québécois de pointe ont déjà confirmé leur présence, dont la skieuse Kim Lamarre, médaillée de bronze en slopestyle aux Jeux olympiques de Sotchi, en 2014.

«Je me disais que ça allait arriver un jour ou l’autre, mais j’espérais plus tôt que tard, parce que la compétition, j’en ai fait plus qu’il ne m’en reste. C’est excitant de pouvoir être devant ma famille et mes amis. Côté pression, ce sera comme une belle pratique pour les prochains Jeux», a expliqué l’athlète de Lac-Beauport.

Aussi sur place, Maxence Parrot défendra son titre, lui qui avait remporté le big air l’hiver dernier. Brillant par son absence depuis 2011, lorsqu’il avait remporté la même épreuve, Sébastien Toutant fera aussi un retour remarqué dans la Vieille Capitale.

«Certains pensaient que je boudais Québec, mais il y avait tellement de compétitions en même temps que je ne pouvais pas me présenter. Cette année, ça adonnait super bien. Pouvoir performer devant les amateurs du Québec, il n’y a rien de plus stimulant pour moi», a-t-il lancé.

Des représentants de la FIS seront en visite ce week-end afin d’établir la programmation complète. À première vue, une double finale en big air aura lieu le samedi à Québec, tandis que la double finale en slopestyle sera présentée le lendemain, à Stoneham.