Coupe du monde de hockey

#CMH2016 : Un relâchement de 10 minutes fatal aux jeunes

Publié | Mis à jour

Ils ont dominé et étourdi leurs adversaires, déployé la deuxième puissance offensive et soulevé les partisans. Mais, ils ont pris la porte de sortie du Air Canada Centre à cette Coupe du monde. Triste dénouement pour les jeunes Nord-Américains.

Deux victoires, dont une en prolongation, et 11 buts n’ont pas été suffisants pour obtenir une place en demi-finale. Un relâchement de 10 minutes a été fatal dans ce groupe de la mort.

Avec un gain face à la Finlande, les Russes ont fauché les jeunes loups de l’Amérique du Nord, jeudi. Selon le règlement en cas de double égalité, le gagnant du duel entre les deux équipes passe à l’étape suivante. Ils l’avaient emporté grâce à une poussée de quatre buts en deuxième période, lundi.

«C’est tellement difficile à croire, surtout avec le type de hockey que nous avons démontré, a soupiré l’attaquant Sean Couturier. Nous avons dominé nos adversaires. La seule chose qui n’a pas bien été, c’est cette deuxième période. Notre relâchement de 10 minutes nous coûte un passage en demi-finale et le tournoi. Ça fait mal.»

Unis dans cette nouvelle aventure de la Coupe du monde, les porte-couleurs de l’Amérique du Nord n’ont pas visionné ensemble l’affrontement tant attendu entre la Russie et la Finlande. Couturier l’a regardé seul dans sa chambre d’hôtel. La performance des Finlandais a pris des allures de film d’horreur.

«Il faut être fier et garder la tête haute, a mentionné le capitaine du Noir et Orangé, Connor McDavid. Nous avons fait tout ce qui était possible. Personne ne voulait que ça se termine. J’aurais souhaité passer en demi-finale et affronter le Canada. Ç’aurait été tellement agréable.»

Cette rencontre aurait certainement été présentée en soirée, samedi soir.
La vedette des Oilers d’Edmonton n’a pas caché son souhait de défendre les couleurs du Canada à une prochaine Coupe du monde dans quatre ans, même s’il sera âgé de 23 ans.

«Il y a des talents incroyables autour du monde. Le concept de l’Europe et de l’Amérique du Nord est bon. C’était un banc d’essai, mais selon moi, il a été très fructueux, a affirmé l’entraineur-chef Todd McLellan. J’ai aimé ce tournoi. C’est dommage qu’il n’y ait pas des quarts de finale. Ç’aurait été une bonne idée. Les grands gagnants sont les partisans. Ils ont du bon hockey en septembre, ce qui ne survient pas très souvent.»

Les nouveaux chouchous

Les talentueux jeunes loups de l’Amérique du Nord ont conquis le cœur des partisans en offrant du jeu ultra rapide, inspiré et électrisant. Les chandails noir et orangé se sont multipliés au fil de la semaine, autant dans les gradins du Air Canada Centre que dans les rues de Toronto, ce qui n’est pas passé inaperçu aux yeux des principaux intéressés.

S’ils avaient croisé le fer contre les Canadiens, ils auraient posé un sérieux lapin aux partisans.

«On ne savait pas comment les partisans allaient réagir envers nous avant le tournoi, a signalé Couturier. On a eu une belle preuve de leur soutien au fil des trois matchs. J’ai une vague impression qu’il y en aurait eu pas mal derrière nous. Ils ont embarqué dans notre "bandwagon".»