Coupe du monde de hockey

#CMH2016 : Un grand moment pour Crawford

Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Jonathan Toews n’a jamais raffolé de parler de lui. Capitaine dans l’âme, même s’il porte l’écusson d’adjoint avec Équipe Canada, Toews a toujours placé les intérêts de ses coéquipiers avant les siens.

Après une sortie de deux buts et une passe contre l’Équipe Europe, le Franco-Manitobain a commencé à sourire pour décrire le match de son bon ami Corey Crawford qui arborait pour la première fois la feuille d’érable sur sa poitrine.

«J’avais dit à Corey avant le début du tournoi de se tenir prêt, a rappelé Toews. S’il n’y avait pas de doute pour le rôle de Carey Price, nous ne savions pas où Crawford se situait dans la hiérarchie. J’avais le pressentiment qu’il obtiendrait sa chance. Il n’a pas manqué son coup en jouant une bonne rencontre.

«Pour lui, c’était un grand moment de faire partie de cette équipe, a-t-il poursuivi. Il est temps qu’il obtienne la reconnaissance pour le joueur qu’il est réellement. Il jouait pour la première fois avec l’équipe canadienne. C’est quand même étonnant.»

De la nervosité

Détenteur de deux bagues de la Coupe Stanley, Crawford n’avait jamais porté le chandail de l’unifolié, même pas dans les rangs juniors.

«Ce match, je le place très haut dans ma liste des grandes rencontres, a affirmé le Montréalais âgé de 31 ans. J’étais vraiment nerveux avant la rencontre. J’avais ma famille dans les gradins. C’est vraiment spécial. Je voulais depuis longtemps représenter mon pays.

«Quand j’étais sur la glace à écouter l’hymne national avec mon chandail, j’ai vraiment réalisé que c’était mon tour.»

Crawford était heureux de partager ce moment avec Toews.

«Je joue avec Jonathan depuis six ans à Chicago, a-t-il rappelé. Juste de venir au camp de l’équipe canadienne avec lui, je trouvais ça spécial.»

À l’image des deux derniers départs de Carey Price, Crawford a profité du jeu très hermétique de ses coéquipiers.

«Ça fait du bien de contribuer à la victoire du Canada, a-t-il dit. Ça n’a pas été facile de rester concentré. À mi-chemin dans le match, j’avais reçu six tirs. C’est dur de garder sa concentration.»

Krueger satisfait

Ralph Krueger, l’entraîneur en chef de l’Équipe Europe, a dressé un bilan positif de ce match.

«Je suis satisfait de mon équipe. Nous avons grandi dans ce match. Nous sommes quand même rendus là où nous voulions. Nous sommes qualifiés en demi-finales.»