Coupe du monde de hockey

#CMH2016 : «Ça fait mal» - Kane

Publié | Mis à jour

Si les Américains espéraient une étincelle contre les Canadiens, force est d’admettre qu’elle n’a pas fait long feu.

En fait, le petit incendie de broussaille des troupiers de John Tortorella n’a duré que 89 secondes. Il s’est éteint dès que le Canada a créé l’égalité à la sixième minute. Quand ils ont ouvert la machine avec trois buts sans réplique en période initiale, les représentants de la bannière étoilée savaient qu’ils étaient dans le pétrin.

La déception était bien perceptible après cette défaite qui a sonné le glas de l’équipe américaine.

«Nous nous étions placés dans une situation terrible en perdant contre l’Europe, a rappelé Max Pacioretty. Nous avions absolument besoin de gagner contre la meilleure équipe au monde. Nous n’avons pas réussi. Nous aurions aimé mieux jouer, nous avions besoin de le faire pour les battre.

«C’est plus que de perdre un simple match, a enchainé celui qui aurait souhaité apporter une meilleure contribution. Quand tu représentes ton pays, il y a beaucoup de fierté. C’est vraiment frustrant de perdre deux matchs et d’être éliminé.»

USA tatoué sur le coeur

«Ça fait mal d’être éliminé et de ne pas passer au prochain tour. C’est très difficile, a déclaré Patrick Kane, lui qui a les lettres américaines tatouées sur le coeur. Jouer deux matchs ici et être éliminé, c’est inimaginable et c’est très frustrant. C’est l’un de ces tournois où tu fais des erreurs et ça se termine très rapidement.»

Le numéro 88 aurait souhaité être une plus grande menace à l’attaque. Sa seule mention d’aide n’a pas effacé ses erreurs. Cette sortie hâtive s’ajoute donc aux coups durs vécus aux Jeux olympiques de Vancouver et Sotchi.

Le capitaine Joe Pavelski s’expliquait mal les déboires de l’équipe. Les nombreux changements de trios de Tortorella n’ont certainement pas aidé. «Nous n’avons pas été en mesure de contrôler notre destinée dans les grands moments.»

L’entraîneur-chef était encore à la recherche des combinaisons parfaites.

«Nous avons de bons attaquants, mais nous n’avons pas bien joué. Comme groupe, nous n’avons affiché aucune constance. Nous l’avons vu ce soir (mardi), nous n’avons pas profité de nos chances. Nous n’avons pas assez bien joué, c’est tout.

«C’est décevant et frustrant, a-t-il poursuivi. Je sens que j’ai laissé tomber plein de gens sous ma surveillance.»

L’affrontement du groupe B entre les États-Unis et la République tchèque, demain, n’a donc plus d’importance, puisque les deux équipes sont éliminées.