LNH

#CMH2016 : Lundqvist se dresse

Agence QMI / François-David Rouleau

Publié | Mis à jour

Un Henrik Lundqvist en grande forme, une brigade défensive étanche et efficace ainsi qu’une petite passe savante de Henrik Sedin. C’est tout ce qui a été nécessaire pour que la Suède triomphe de la Finlande.

Les représentants de la Triple couronne ont eu raison de leurs grands rivaux du Royaume de Suomi avec une courte victoire de 2-0, mardi après-midi au Centre Air Canada. Ils ont ainsi pris la tête du groupe B grâce à leur second gain dans cette Coupe du monde.

VIDÉO | Un jeu parfait des jumeaux

VIDÉO | Karlsson? Connais pas!

Du même coup, ils ont poussé leurs ennemis jurés au bord du précipice. Sans une victoire contre la Russie, jeudi, la Finlande sera assurément éliminée du tournoi. Une occasion qu’ont soulignée les bruyants et festifs partisans, majoritairement éméchés par le houblon, à leur sortie de l’édifice.

«C’est un gros match et une victoire importante pour nous. Il ne fallait pas rater l’opportunité de les sortir du tournoi, a lâché sans détour un Lundqvist souriant. Nous avons joué avec acharnement et de façon intelligente.»

Lundqvist tout craché

«Nous savions que les Finlandais sortiraient désespérés, a poursuivi le gardien étoile. Nous avons rivalisé d’intensité.»

Ses adversaires l’ont mis à l’épreuve à 36 occasions. Le «Roi Lundqvist» a fait honneur à son surnom après deux matchs préparatoires plus que décevants où il avait accordé huit buts sur 36 tirs. À son retour devant le filet après avoir été malade en lever de rideau du tournoi, il s’est montré intraitable en réussissant un blanchissage d’entrée de jeu. Il a volé à plusieurs reprises les attaquants adverses, dont Patrik Laine et Rasmus Ristolainen.

Sa solidité a inspiré ses coéquipiers. «J’ai vu souvent Henrik avec l’uniforme de la Suède sur le dos. Ce n’est pas la première fois qu’il est aussi dominant, a relativisé Daniel Sedin qui a récolté une passe sur le but gagnant d’Anton Stralman. Pour moi, c’est juste Henrik.»

«C’est toujours agréable de battre la Finlande. La rivalité existe depuis toujours. C’était le cas bien avant ma naissance et ce sera encore le cas bien après ma mort, a relaté le défenseur Erik Karlsson. Les deux pays retirent une grande fierté de leur équipe nationale. Et nous avons toujours deux équipes compétitives sur la scène internationale.»

Frustrations offensives

Les Finlandais ont mis tous les efforts nécessaires pour percer la muraille défensive suédoise et éviter d’être en danger d’élimination. Mais à nouveau, ils n’ont pas profité de leurs chances à l’attaque. En deux rencontres, ils n’ont trouvé le filet qu’une seule fois.

«Nous avons élevé notre jeu et mieux fait que dimanche. Nous avons eu de bonnes chances de marquer. Nous nous sommes approchés de Lundqvist en sautant sur les retours. Mais il a trouvé le moyen de tout voir et tout arrêté», a expliqué le capitaine finlandais, Mikko Koivu.

«C’est frustrant de ne pas être capable de marquer, a ajouté celui qui se trouvait sur la patinoire lors des deux buts suédois. Dans un court tournoi, on ne peut pas se permettre un mauvais match. Celui de dimanche nous frappe et nous fait très mal.»

«Quand on ne marque pas on ne peut pas gagner, a philosophé avec justesse le jeune Laine. Celui-ci s’est montré le plus vorace en territoire offensif alors qu’il a dirigé cinq rondelles vers Lundqvist. C’est frustrant, parce que nous avons eu de bonnes chances. Henrik a été incroyable.»

Tuuka Rask s’est également signalé devant son filet. Il a repoussé 25 tirs. Loui Eriksson a complété la marque dans une cage abandonnée.

La Finlande aura une dernière chance de s’imposer contre la Russie, jeudi. La Suède affrontera l’Amérique du Nord mercredi après-midi.