Coupe du monde de hockey

#CMH2016 : les jeunes étourdissent la Finlande

Agence QMI / Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Connor McDavid, Jack Eichel, Auston Matthews, Johnny Gaudreau et Jonathan Drouin n’ont pas encore beaucoup de poils au menton, mais ils ont appris l’art de jouer au hockey. La Finlande peut maintenant en témoigner.

À son premier match, l’équipe de l’Amérique du Nord (23 ans et moins) a malmené la Finlande 4-1, dimanche, au Air Canada Centre.

Le duel était présenté en direct sur les ondes de TVA Sports.

À voir: Sommaire

Eichel ouvre la marque

Gaudreau habile devant le filet

Drouin en rajoute

MacKinnon fait tout


Dès les premiers jours du camp, Nathan MacKinnon avait fait sursauter quelques puristes en qualifiant son équipe de la plus talentueuse pour ce tournoi. On attendra pour confirmer cette affirmation, mais les jeunots ont clairement une formation redoutable. Et ils débordent de confiance.

«Oui, nous sommes jeunes, mais nous pouvons aussi jouer à l’intérieur d’une structure et d’une façon intelligente, a résumé Gaudreau, le dynamique ailier des Flames de Calgary. Nous sommes ici pour rivaliser avec toutes les équipes. Nous avons montré notre potentiel en battant une bonne équipe.»

«Nous savons depuis le jour un du camp que nous sommes bons, a renchéri MacKinnon. Notre mentalité n’a pas changé. Demain [lundi], nous serons encore plus affamés.»

Pas assez vite

La Finlande n’a jamais pu suivre le rythme contre l’équipe dirigée par Todd McLellan. À plusieurs moments, les Finlandais ne touchaient pas la rondelle.

Eichel, Gaudreau, Drouin et MacKinnon ont marqué les quatre buts aux dépens de Pekka Rinne, qui a souvent été laissé à l’abandon.

«Ils m’ont vraiment impressionné, a noté Rinne. Ils nous ont fait mal avec leurs habiletés individuelles. C’est une équipe dangereuse. Je ne veux rien leur enlever, mais je crois que nous n’étions pas prêts pour cette rencontre. Nous avons fait trop d’erreurs, nous ne patinions pas et nous avons vu le résultat.»

Un vieux duo

Matthew Murray a perdu son jeu blanc en fin de troisième période en accordant un but à Valtteri Filppula. Le gardien des Penguins de Pittsburgh a été solide, mais il n’a pas eu à trop transpirer en stoppant seulement 24 rondelles.

«Nous savions que nous avions du talent, mais nous devions aussi bien jouer défensivement pour connaître du succès à ce tournoi, a expliqué Drouin. Murray a aussi joué avec beaucoup de calme pour nous procurer une belle confiance. Nous n’avons pas joué en finesse, nous ne cherchions pas les jeux parfaits. C’est aussi difficile de nous affronter puisque nous pouvons rouler nos quatre trios.»

McLellan a réuni MacKinnon et Drouin, deux anciens coéquipiers avec les Mooseheads de Halifax, pour cette première rencontre. L’entraîneur des Oilers d’Edmonton n’a pas regretté son choix, puisqu’ils ont connu une très bonne rencontre en compagnie de Ryan Nugent-Hopkins.

Matthews à la maison

Premier de classe du dernier repêchage, Matthews a obtenu une passe devant ses partisans à Toronto.

Patrik Laine, le phénomène finlandais et deuxième choix au dernier encan des Jets de Winnipeg, a connu une soirée à l’image de son équipe, c’est-à-dire assez tranquille.

«Ce n’était pas mon meilleur match, a souligné Laine. Je peux montrer que je suis pas mal plus dominant.»

Toujours menaçante sur la scène internationale, malgré sa faible population de 5,4 millions, la Finlande mise aussi sur une jeune équipe à ce tournoi avec huit joueurs de 23 ans et moins, dont quatre de ses sept défenseurs.

L’équipe de l’Amérique du Nord affrontera la Russie, lundi soir, à Toronto.

Rappelons que tous les matchs de la Coupe du monde de hockey sont diffusés à TVA Sports.