Crédit : AFP

Brésil 2016

Les Canadiennes continuent de dominer

Publié | Mis à jour

L’équipe canadienne féminine de basketball en fauteuil roulant a signé une autre victoire aux Jeux paralympiques de Rio, samedi matin, ne faisant qu’une bouchée des Argentines en l’emportant 73-28.

Les Canadiennes, premières au monde, savaient qu’elles ne seraient probablement pas trop inquiétées par leurs adversaires, qui ne s’étaient pas qualifiées pour le dernier Championnat du monde. Elles ont tout de même répondu présentes, comptant sur leur vitesse pour multiplier les revirements.

«Nous avons fait jouer tout le monde afin de pratiquer nos jeux en vue des prochains matchs», a indiqué la Québécoise Cindy Ouellet, co-capitaine de l’unifolié aux côtés de la Britanno-Colombienne Janet McLachlan.

Jeudi, à leur première rencontre du tournoi paralympique, les Canadiennes avaient gagné 43-36 face aux Britanniques, cinquièmes au monde. Déjà samedi, elles ont élevé leur niveau de jeu, selon Ouellet.

«Notre offensive a mieux fonctionné qu’au premier match, mais nous avons encore beaucoup de choses à travailler. Ça avance, nous sommes dans la bonne direction», a mentionné celle qui a totalisé huit points dans la rencontre.

Déçue au terme des Jeux paralympiques de Londres, où elle avait terminé sixième, la formation nationale n’a pas cessé d’impressionner ces dernières années. L’année 2015 a été particulièrement riche avec l’or au Championnat du monde et l’argent aux Jeux parapanaméricains.

«Londres, c’est maintenant du passé. Nous avons laissé ce bagage derrière nous, a affirmé Ouellet, 27 ans, qui préfère toutefois ne pas penser aux médailles si tôt dans le tournoi paralympique. Nous y allons un match à la fois pour le moment.»

Un baptême électrisant

Plus jeune joueuse de son équipe, la Québécoise Rosalie Lalonde a savouré pleinement ses premiers matchs des Jeux paralympiques.

«L’expérience est vraiment formidable. Ça donne la piqûre. Dès la fin du premier match, j’avais déjà hâte au prochain», a raconté l’athlète de 19 ans.

La joueuse de Saint-Clet, en Montérégie, a notamment été impressionnée par la foule réunie lors des matchs. «Il y a beaucoup de monde, c’est vraiment le "fun".»

Lalonde espérait bien réagir à la pression. «J’avais peur de mal gérer mon stress, mais au contraire, l’énergie est tellement positive!»

Dimanche, les Canadiennes tenteront de conserver leur fiche parfaite en affrontant les Allemandes, vice-championnes du monde en titre.

«C’est une équipe très forte et très rapide. Ça risque d’être pas mal physique, mais nous avons hâte», a conclu Ouellet.