Crédit : AFP

LNH

«J'étais vraiment sous le choc»

Publié | Mis à jour

Croisé dans les corridors du First Niagara Center lors de la fin de semaine du repêchage de la LNH à Buffalo, Brian Gionta avait posé des questions au représentant du Journal de Montréal sur les rumeurs entourant P.K. Subban.

«À ce moment-là, je ne croyais pas que c’était possible de le voir partir de Montréal, s’est remémoré le capitaine des Sabres lors d’un entretien avec le «Journal», mardi. Trois jours après le repêchage, P.K. partait pour Nashville. Sur le coup, j’étais vraiment sous le choc, comme un peu tout le monde dans le milieu du hockey.»

«P.K. représentait tellement une image forte du Canadien sur la glace et au sein de la communauté. Mais il n’y a personne à l’abri d’une transaction. Je peux comprendre que c’était une décision difficile pour Marc Bergevin.»

Une fois le choc passé, Gionta a mieux analysé le choix de son ancien directeur général.

«Sur le plan hockey, la transaction a du sens pour les deux équipes, a-t-il mentionné. Tu ne peux pas obtenir un défenseur de la trempe de Shea Weber facilement. Pour y arriver, tu dois donner un gros morceau. Le Canadien répond à un besoin en ajoutant Weber. Il n’est pas juste l’un des meilleurs défenseurs de la LNH, il est intimidant sur la glace et il est un très bon meneur.»

D’un capitaine à l’autre

Fort de son expérience de cinq saisons à Montréal, dont quatre à titre de capitaine, Gionta connaît très bien la réalité de son successeur, Max Pacioretty.

«Je n’ai pas parlé à Max cet été, mais nous avions eu de bonnes conversations la saison dernière lorsque nous jouions l’un contre l’autre, a-t-il admis. Nous avions échangé quelques idées sur le rôle et les responsabilités d’un capitaine à Montréal. J’ai déjà traversé une saison de misère comme capitaine du Canadien (2011-2012) et je sais que ce n’est pas facile à vivre. J’en étais à ma deuxième année avec le "C", j’avais donc un peu plus d’expérience. Nous avions raté les séries pour des circonstances différentes.»

«Le Canadien reste une très bonne équipe. Je n’ai pas de doute que l’équipe rebondira rapidement, a-t-il enchaîné. Il n’y a pas de raison de paniquer. Le talent est là. Et, Carey Price ne passera pas plusieurs mois à l’infirmerie. Max est un bon capitaine, il ne doit pas placer sur ses épaules l’échec de l’an dernier.»

Une conversation à venir

Chez les Sabres, Gionta se promet de rencontrer Evander Kane avant l’ouverture du camp de l’équipe. Depuis le mois de décembre, l’ancien ailier des Jets de Winnipeg a été impliqué dans deux incidents avec des femmes dans des bars de Buffalo sans toutefois être accusé au criminel.

«Oui, je devrai parler à Evander, a-t-il dit. Je veux connaître ses intentions. Quand il fait des frasques, il ternit l’image de toute l’organisation des Sabres. Les entraîneurs et les membres de la direction ont eu de bonnes rencontres avec lui et je me promets d’en faire de même. Je ne le changerai pas du jour au lendemain, mais je peux lui passer un bon message.»