Crédit : AFP

Brésil 2016

Le marcheur Evan Dunfee et l’ère Jobin-Leblanc

Publié | Mis à jour

Evan Dunfee a pu se targuer, pendant quelques heures vendredi, d’être devenu le premier marcheur canadien à remporter une médaille olympique depuis Guillaume Leblanc aux Jeux de Barcelone en 1992.

Il avait terminé l’épuisante épreuve de 50 km en quatrième position, mais le Japonais Hirooki Arai a été disqualifié pour avoir bousculé le Canadien à cinq minutes de la fin.

Malheureusement pour Dunfee, la décision a été infirmée lors d’un appel interjeté par l’équipe japonaise et l’athlète originaire de la Colombie-Britannique a été privé de monter sur le podium.

Dundee était toutefois serein lorsqu’il a rencontré la presse au lendemain de cette journée rocambolesque.

La conscience tranquille

Il a fait preuve d’un bel esprit sportif en ne contestant pas la décision finale prise par la Fédération internationale.

«J’ai regardé la reprise de l’incident et je n’aurais pas eu la conscience tranquille si on m’avait décerné la médaille, a avoué Dunfee. Les échanges de coups de coude ne sont pas rares entre les marcheurs et ce n’était pas suffisant pour disqualifier un athlète.»

«J’ai dit à l’équipe de laisser tomber. J’aurais simplement dû garder ma concentration jusqu’à la fin. Je reste très fier de ma performance puisque j’ai réussi à améliorer mon record canadien à 3 h 41 min 38 s dans la chaleur torride», a ajouté l’athlète de 25 ans.

Des courriels de Jobin

Dunfee reçoit parfois des courriels de Marcel Jobin, l’homme qui a fait connaître la marche au Québec.

«J’ai besoin de Google pour les traduire, mais il m’a félicité l’an dernier lorsque j’ai abaissé le record canadien de 3 h 47 min 48 s qu’il détenait depuis le début des années 1980. C’est tout un personnage, ce M. Jobin!»

«Pendant longtemps, ce sont les marcheurs québécois qui ont dominé. Maintenant, c’est nous, dans l’Ouest, qui avons pris la relève et on espère que la couverture médiatique obtenue à ces Jeux encouragera de jeunes Canadiens à former la prochaine génération», a souligné le Britanno-colombien.

Dunfee aurait bien aimé devenir le premier médaillé canadien à la marche depuis Leblanc.

«Je n’ai que 25 ans, mais je sais très bien ce qu’il a réalisé comme exploit en 1992, a-t-il dit. Leblanc avait dû affronter un parcours difficile, à Barcelone, afin d’obtenir l’argent au 20 km. Il a été un très grand marcheur.»